Armor-Lux conteste la perte de son contrat

Jean-Guy Le Floch, PDG d’Armor-Lux peut déclarer que le groupe breton avait largement anticipé le risque du non renouvellement de son contrat auprès de la police nationale, notamment grâce à l’ouverture de trois grands magasins censés pallier

les pertes liées à la fin de ce marché, il semble néanmoins que la pilule soit bien amère. Une quarantaine de CDD ne seront pas reconduits et la construction d’un entrepôt de 3 millions d’euros vient d’être annulée.

PetitArmor-Lux conteste la perte de son contrat rappel des faits : depuis 2008, Armor-Lux habillait les 120.000 personnels de la police nationale jusqu’à ce que mi-avril, la marque découvre que l’Etat français ne renouvelle pas son contrat. Cela n’est pas en soit anormal. D’autant plus que c’est un groupement français (rassemblant Ineo-Support Global, filiale de GDF Suez, La Calaisienne et Balsan, fabricants d'uniformes) qui a remporté ce contrat de quatre ans avec une année optionnelle, pour un montant de l'ordre de 80 millions d'euros sur quatre ans. Certaines voix se sont élevées pour nuancer cependant les compétences de ces deux entreprises, notamment le député socialiste de Quimper, Jean-Jacques Urvoas, proche du ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, qui indique: «la Direction générale de la police nationale porte un mauvais coup à l'économie bretonne, regrette-t-il. D'un côté, on a une PME localisée, dédiée au textile, enracinée dans la tradition, et de l'autre on a Suez avec une filiale dont ce n'est même pas le métier de base.»

Malgré ce distinguo, personne cependant ne conteste la qualité des prestations de la filiale de Suez. Là où Armor-Lux montre son désaccord, c’est dans la procédure d’attribution. En 2008, le contrat avait été attribué via un appel d'offres classique. Or cette fois ci, l’Etat a fait appel au cabinet de consultants Kurt Salmon pour choisir le nouveau fournisseur sauf que voilà : GDF Suez fait aussi parti des clients du cabinet.

Kurt Salmon se défend : le cabinet a strictement respecté la procédure et rappelle qu’il compte quasiment un millier de projets chaque année. Des arguments non décisifs pour Armor-Lux qui a décidé de contester devant le tribunal administratif de Paris les conditions d'attributions de ce contrat. Le recours de la marque connue pour ses produits fabriqués en France sera étudié demain par la justice.

Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg dont la photo en marinière Armor-Lux avait fortement marqué, a sollicité le PDG de GDF Suez Gérard Mestrallet, afin que des solutions soient trouvées pour qu'Armor-Lux continue d'équiper la police nationale.


 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS