(Suite 1ère partie) A l’heure où la mode resserre ses liens avec la Chine, puissance mondiale où convergent un à un les labels de luxe, Carole Glasman, experte en Ressources Humaines récemment installée à Cannes et disposant d’un bureau

antenne à Paris, nous fait part de sa passion de communiquer et d’être au service des autres, notamment pour le géant asiatique. Coach de transition de parcours entre les candidats français et les grands groupes internationaux des secteurs moyen et haut-de-gamme, elle est spécialisée dans le recrutement des équipes Marketing Produit Design. Carole Glasman met son talent en avant: détecter celui des autres pour l’adapter à un système de mode en pleine mutation.

Quel serait le salaire moyen d’un cadre français en Chine ?
Nous négocions des contrats en freelance avec des missions précises de consultant, directeurs artistiques, designers, nous ne parlons pas de salaire. Les budgets sont conséquents car stratégiques pour nos clients chinois, ils veulent les meilleurs et sont prêts à y mettre le juste prix.

Quel effectif représente votre clientèle chinoise aujourd’hui ?
Une part croissante en plein boum à l’inverse du marché européen en déclin. En France l’atonie est caractérisée !
Pour nous, la Chine s’est imposée comme une évidence. Elle reconnaît et sollicite notre savoir faire. Le marché est en évolution, nous y avons adapté notre stratégie, en respectant les besoins spécifiques de nos interlocuteurs. Nous affinons notre accompagnement aux critères chinois, nous convergeons, et ça marche.
Notre travail est totalement adapté au mode de fonctionnement chinois. Plusieurs voyages d’études, de nombreux contacts ont été nécessaires pour appréhender notre nouvelle clientèle ; notre flexibilité et notre adaptabilité nous ont permis de trouvé un langage commun mais nous nous sommes aussi mis au chinois. Pour entendre il faut comprendre. Nous avons su ainsi trouver le meilleur emballage possible à la pensée chinoise. Comme il y avait aussi une demande concordante et forte des chinois pour rencontrer nos designers, nos créateurs et nos directeurs artistiques la motivation était commune.

Pensez-vous que la tradition française ou européenne, l’excellence, le bon goût et les méthodes de travail sont compatibles dans un pays où le volume de production et la rapidité d’exécution prédominent ? La chine est-elle encore un pays émergeant ?
Les chinois font appel à nous pour justement leur apporter cette part d’excellence à la française. Ils nous réclament pour notre goût et notre culture qui naturellement leur fait défaut. Nous leur offrons le choix et ils prennent ou pas ce qui vient compléter leur savoir faire. Nous jouons la carte de la complémentarité à fond. Ils prennent le meilleur de la France, que nous sélectionnons pour eux, car ils ont une volonté affichée de progresser pour se différencier des concurrents asiatiques et étrangers sur leur propre marché.
« Experts sans frontière de la mode et des tendances », nous présentons, nous conseillons et nous nous gardons bien de faire de l’ingérence. Nous nous considérons plus comme des « Ambassadeurs ».

Le Brésil fait-il partie de vos prochains marchés à conquérir ?
Oui certainement, au même titre que l'Inde et d’autres pays d’Amérique latine.

Quels conseils donneriez-vous aux futurs candidats ?
Mon conseil est simple et tient en deux mots : flexibilité et adaptabilité au marché chinois. Pour cela, nous décodons les attentes des décideurs chinois. Nous choisissons les candidats dont le book correspondra au mieux aux demandes de nos clients, au besoin, nous adaptons les candidatures pour qu’elles suscitent dès la première présentation l’intérêt de nos clients ;
Notre action en matière de décryptage des codes et des besoins chinois permet à nos talents made in France ou européen, d’accéder au marché chinois en évitant toute confusion. L’offre doit être la meilleure, la plus claire et la plus cohérente dès le départ de la mission d’accompagnement et en total adéquation avec la demande, c’est pourquoi j’insiste sur l’adaptabilité et la flexibilité.
Nous sommes les portes paroles de ces professionnels français.
Grâce à cet accompagnement, ils peuvent aborder le marché chinois avec sérénité et confiance, Nous sommes derrière eux et présents à toutes les étapes d’une future collaboration avec l’entreprise chinoise. Soutenus par notre réseau et nourris de nos conseils, les messages sont décryptés et l’accès au marché facilité. Nous construisons des ponts pour que les relations s’imposent naturellement et s’inscrivent dans la durée.

(Anne-Sophie Castro)

Photos: Carole Glasman et son équipe en Chine

Pour la 1ère partie
 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS