Galliano s'en va

C’est officiel, la Maison Christian Dior a annoncé aujourd’hui qu’elle licenciait le couturier britannique John Galliano, après la diffusion d’une vidéo où celui-ci aurait dit « J’aime Hitler », en état d’ébriété dans un bar parisien. L’entreprise Christian

Dior, propriété du groupe de luxe LVMH, pour laquelle Galliano travaillait comme directeur artistique depuis 1996, a indiqué dans un communiqué qu’elle avait pris cette décision après que la vidéo ait été diffusée par plusieurs medias et dans laquelle l’accusé insultait des clients du bar.

Galliano s'en vaLa vidéo était arrivée aux mains de la presse quelques jours après que d’autres clients aient dénoncé les propos antisémites du couturier.

Après l’incident, John Galliano a été détenu et la maison Dior avoue avoir « suspendu toute relation avec lui en attente des résultats de l’investigation », indique le communiqué.

« Aujourd’hui, avec le motif de caractère particulièrement odieux du comportement et des déclarations soutenues par John Galliano dans une vidéo publiée hier, la maison Christian Dior a décidé d’interrompre sa relation avec le couturier et d’engager un procès contre lui ».

Sidney Toledano, la plus haute responsable de Dior Couture affirme que les propos tenus par le couturier sont en parfait désaccord avec les valeurs essentielles de la Maison.

Durant son interrogatoire Galliano a nié les accusations du couple qui l’avait dénoncé jeudi dernier, bien que d’autres clients du bar, témoins ce soir-là, aient confirmé les faits.

Dans la preuve vidéo, Galliano s’exclame « I love Hitler. Les gens comme vous devraient mourir. Vos mères et votre famille auraient dû être mis dans des chambres à gaz ».


De plus amples investigations et témoignages vont êtres mis en routes avant de mener le cas à la Magistrature.

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS