Hermès a desormais un co-gérant

Le conseil de gérance de la société familiale Emile Hermès Sarl, associé commandité d'Hermès International s’est réuni ce lundi pour entériner la nomination d’un co-gérant. Axel Dumas, héritier de 42 ans, diplômé de l'Institut d'Etudes Politiques

de Paris, titulaire d'une licence de philosophie de la Sorbonne (il aime les grands mélancoliques, Nietzsche, Schopenhauer et adore la métaphysique) formera avec Patrick thomas, 65 ans, dirigeant actuel de la société familiale, un tandem de direction jusqu’au départ de ce dernier, vraisemblablement fin janvier 2014 au plus tard.

DepuisHermès a desormais un co-gérant son arrivée chez Hermès en 2003, Axel Dumas a occupé diverses fonctions comme directeur général de la bijouterie puis de la maroquinerie. Il était directeur général des opérations du groupe depuis mai 2011. Avant de rejoindre Hermès, il avait travaillé chez BNP-Paribas en Chine et aux USA pour financer des projets dans les matières premières, l'énergie et les transports. Membre de la sixième génération des héritiers Hermès, il a, comme le veut la tradition familiale,fait un stage "maison" pour s'imprégner du travail des artisans.Il sait fabriquer un porte-cartes ou un semainier,mais il préfère l'astiquage du cuir à la couture. Ses costumes croisés lui donne l'air d'un dandy.

Les actionnaires, qui ont désigné le nouveau gérant à l'unanimité, ont également applaudi avec enthousiasme Patrick Thomas, aux commandes de la maison de luxe depuis 2004. L'unique patron d'Hermès qui, depuis la création de l'entreprise, ne soit pas issu des rangs de la famille héritière. Sous sa direction, le groupe a réalisé des bénéfices records : l'année Hermès affichait 3,48 milliards d'euros de ventes, un bénéfice net de 740 millions d'euros, et une marge opérationnelle exceptionnelle de 32,1pour cent. Notons que depuis le 3 juin 1993, date de l'introduction en Bourse, le chiffre d'affaires a été multiplié par 8, le résultat net par 23, le résultat opérationnel par 18, quant à la marge opérationnelle, elle a été purement et simplement doublé.

Le mandat du nouveau gérant commencera sous le signe de la bataille contre LVMH. Sur ce point, Axel Dumas semble sur la même ligne que son prédécesseur : "On a toujours dit que l'arrivée de LVMH au capital n'est ni désirée ni désirable, nous nous inscrivons dans cette continuité-là dans les rapports avec LVMH", a t'il prévenu.

Le groupe est plus que jamais décidé à faire annuler en justice une partie des parts que LVMH détient dans son capital. « De la gesticulation médiatique » estime de son coté Pierre Godé, vice-président de LVMH, qui a déclaré ce jour au Figaro : « Hermès n'a même pas tenté d'engager une telle action, car il n'existe aucun fondement juridique lui permettant d'obtenir l'annulation. Hermès multiplie les campagnes visant à nous déstabiliser. Notre patience a des limites. Nous avons déposé aujourd'hui même une plainte pénale avec constitution de partie civile à la suite des propos tenus par son gérant. »

A la question du journaliste lui demandant quel geste d’apaisement LVMH pourrait faire, Pierre Godé répond : « Nous n'avons jamais rien fait d'hostile envers Hermès. Nous ne comprenons pas l'hostilité de ses dirigeants à notre égard. Nous avons le plus grand respect pour cette grande maison et nous l'avons dit à chaque occasion. Nous ne menaçons en rien le contrôle d'Hermès. »

Axel Dumas a toujours refusé de rencontrer Bernard Arnault, PDG de LVMH. Ce sera "la bataille de notre génération", prévient-il.
 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS