Jeu de miroirs à la cour de Versailles

Les créations des plus grands couturiers contemporains témoignent d’une commune fascination pour un XVIIIe siècle fantasmé : Lagerfeld invite Watteau et ses robes à la française chez Chanel, la Maison Christian Dior fait défiler des princesses

de contes de fées, Vivienne Westwood redonne vie à des courtisanes et marquises plutôt délurées...

Une nouvelle exposition au Château de Versailles intitulée " Le XVIII siècle au goût du jour " constitue un véritable hommage au siècle des Lumières, au style de Madame de Pompadour, à Marie-Antoinette et à Versailles, capitale du goût au XVIIIe siècle.

Jeu de miroirs à la cour de VersaillesJeu de miroirs à la cour de VersaillesJusqu'au 9 octobre prochain, une soixantaine de pièces, vêtements et accessoires sont réunis dans les appartements du Grand Trianon par leur appartenance, réelle ou fictive, au XVIIIe siècle.

Jean-Jacques Aillagon, commissaire de l'exposition commente ce grand rendez-vous estival qui coïncide avec le centenaire de la chambre syndicale de la haute couture : " Les maisons de mode, les créateurs et les couturiers les plus talentueux ont accepté un face à face avec des pièces du patrimoine historique du musée Galliéra. (...) Ils entretiennent la mémoire vestimentaire d’un siècle où les rubans et les soieries étaient la signature des marchandes de mode. Certains créateurs aujourd’hui sont les interprètes fidèles d’une garde-robe faite de corps à baleines et de robes à paniers. D’autres donnent une version plus stricte, plus sombre et insoupçonnée aussi."

Pendant un grand siècle, Versailles proposa à l’Europe le modèle d’une vie de cour raffinée dont les usages, le cadre de vie, les modes serviront de référence : les costumes de cour et vêtements d'apparat comme ces robes à la française, robes-redingote ou encore ces habits, vêtements masculins de dessus aux basques longues aux genoux, à manches longues et à poches, n'ont cessé d'inspirer la mode...

En clin d'oeil à cette mode dite " des Lumières ", Azzedine Alaïa corsète les gorges des galantes, Christian Lacroix drape ses reines de brocarts chamarrés de pierreries et Olivier Theyskens pour Rochas convoque le fantôme de Marie-Antoinette dans un film hollywoodien. Se livre aussi à ce jeu de miroirs, Balenciaga (voir photo ci-contre) qui habille les femmes en petits marquis parés de dentelles millefeuille alors qu' Alexander McQueen pour Givenchy revêt ses marquises de justaucorps brodés de fils d’or.

Avec Yohji Yamamoto, les robes de cour se déstructurent, et, avec Rei Kawakubo, c’est au tour des redingotes. Alors que Thierry Mugler cache des paniers surdimensionnés sous les robes, Jean Paul Gaultier, lui, les met sens dessus dessous...

A découvrir tous les jours, sauf le lundi, de 12h à 18h30. L'exposition est incluse dans le circuit de visite des châteaux de Trianon et Domaine de Marie-Antoinette. (Entrée : 10 €, tarif réduit : 6 €).


Photos : L'exposition " Le XVIIIè siècle au goût du jour " au Château de Versailles.

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS