Jil Sander quitte Jil Sander

Jamais deux sans trois. La créatrice de mode allemande a annoncé à Milan en fin de semaine dernière qu’elle ne participerait pas à la prochaine collection qui porte son nom.
Une habitude désormais pour la créatrice adulée

pour ses lignes épurées et l’excellence de ses matières au point qu’elle était surnommée par la presse internationale « the queen of less ». En 1999, Prada avait racheté 75 pour cent du capital de la société fondée à Hambourg en 1968 par la styliste. Quoiqu’elle conserve quelque temps le poste de directrice artistique de sa griffe, Jil Sander avait rapidement connu de profonds désaccords avec Patrizio Bertelli, patron de Prada. Des désaccords qui la poussèrent à démissionner en 2000. Et d’une !

DeuxièmeJil Sander quitte Jil Sander acte : Jil Sander revient en 2003 à la tête de la direction artistique de Jil Sander. Elle avait été rappelée par l’actionnaire. Mais une deuxième fois, la greffe ne prend pas puisque la créatrice s’en va après avoir dessiné deux collections seulement. Le motif est le même que pour le départ précédent : incompatibilité d’humeur avec les actionnaires.

Puis vient le génial Raf Simons. Nous sommes en 2005 et la planète mode va succomber aux propositions du designer belge qui propulse la marque Jil Sander dont il sera le directeur artistique jusqu’en 2012, au premier plan, tout en dessinant les collections de sa marque éponyme. Le succès de Raf Simons est si éclatant que le groupe LVMH le débauche pour occuper le trône laissé vacant par John Galliano chez Christian Dior. Une offre qui ne se refuse pas mais qui ne fait pas les affaires des nouveaux actionnaires de Jil Sander qui vient en effet d’être racheté par les japonais d’Onward Holding. Néanmoins ils choisissent la solution la plus probable même si elle ne manque pas de sel et rappelle à la rescousse la créatrice Jil Sander qui avait pourtant déjà claqué la porte par deux fois.



Concurrence des marques avec une approche minimaliste

Troisième partie (et fin ?) : puisque les actionnaires ont changé (Onward Holding a racheté les parts aux investisseurs de Change Capital Partners qui eux même les avaient rachetés auparavant à Prada) on aurait pu croire que les relations entre la créatrice allemandes et les actionnaires japonais auraient une chance d’être au beau fixe. Hélas ! Cette collaboration n’aura été qu’un pétard mouillé. Un an et quelques mois après son troisième retour, Jil Sander (la créatrice) annonce qu’elle quitte Jil Sander (la marque) de nouveau. Une nouveauté cependant à signaler : le motif du départ. L’incompatibilité d’humeur n’est pas invoquée cette fois ci mais des « raisons personnelles » sont mises en avant.

Les spécialistes naturellement trouvent ce motif incompréhensible. Jil Sander a 69 ans : si l’âge était en jeu, pourquoi avoir accepté un retour l’année précédente. La santé ? Personne ne le souhaite mais ce n’est pas à exclure cependant la raison la plus crédible de ce départ est avancée par le Women’s Wear Daily qui explique cet énième départ par la volonté de la styliste d’utiliser des matières de plus en plus luxueuses ce qui risquait de tirer le prix des collections vers le haut. Les ventes de Jil Sander ont certes augmenté de 6,2 pour cent en 2012, il n’en reste pas moins que la concurrence avec les marques proposant une approche minimaliste est de plus en plus féroce.
 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS