John Galliano, heureux d'être "passé par là"...

John Galliano se confie sur ses états d’âme. Dans une interview accordée au magazine américain Vanity Fair, l’ex directeur artistique de Dior, licencié en 2011, avoue que sa « descente aux enfers » sur la scène publique lui a valu une seconde

opportunité et être reconnaissant face à cette expérience.

Le John Galliano, heureux d'être "passé par là"...couturier né à Gibraltar et condamné à payer une amende de 6 000 euros, a reconnu avoir été dépendant de l’alcool et avoir suivi une cure de désintoxication en Arizona qui lui a permis « de se mieux retrouver ». Il avoue avoir perdu le control, lorsqu’en 2010, il avait porté des insultes racistes et antisémites sur un couple dans un bar de Paris. « Quand j’ai vu la vidéo qui avait été filmée à l’occasion et utilisé comme preuve au procès, j’ai cru que j’allais vomir.. », a-t-il déclaré. Il ne boit plus depuis deux ans.

« Je me sens plus vivant que jamais » a affirmé au magazine, l’un des plus grands talents de notre époque. « J’ai retrouvé mon enfant intérieur, celui qui aime créer en toute spontanéité. Moi qui pensais l’avoir perdu... »

Pour lui, la prise d’alcool n’aurait pas été utilisée pour développer sa créativité, mais pour « pouvoir s’évader après les collections » étant sous tension permanente. « J’en suis devenu esclave de l’alcool et de cachets pour dormir ; un cercle vicieux où il est difficile de s’en sortir ».

De retour à la sobriété, Galliano se serait excusé auprès des plus grands responsables de la communauté juive. Il aurait également tenté de remettre un pied dans le milieu de la mode en collaborant avec Oscar de la Renta, le temps d’une collection, puis avec le projet d’animer un cours de création à l’école new-yorkaise Parsons, qu’il aurait finalement réfuté n’étant pas d’accord avec le contenu des cours.
 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS