L’Espagne réinvente ses principaux podiums

Les principaux podiums espagnols sont en train de subir de grandes transformations cette année. La crise économique, les changements politiques et les nouveaux sponsors ont chamboulé le modèle qui existait jusqu’à aujourd’hui


dans les villes de Madrid, Barcelone et Valence, ce qui a créé un nouveau climat où cohabitent le scepticisme et les espoirs renouvelés.

L L’Espagne réinvente ses principaux podiumse principal rendez-vous mode madrilène a ouvert les portes de sa 55ème édition, avec une multitude de nouveautés et une envie de se réinventer. La première, et la plus évidente, a été son changement de nom : Mercedes-Benz Fashion Week Madrid (MBFWM).

L’entreprise allemande d’automobiles est devenue le principal sponsor de l’évènement et, malgré quelques commentaires négatifs en raison de la perte du nom traditionnel de “Cibeles”, les créateurs participants sont très satisfaits de faire désormais partie d’un circuit international.

Il est vrai que ce changement a apporté un rayon d’optimisme après le coup de blues face à l’absence cette année de créateurs comme Adolfo Domínguez ou Alma Aguilar qui, malgré leur présence habituelle chaque année sur le podium de Madrid, ont préféré ne pas participer à cette édition à cause de la crise.

Il est peut-être encore trop tôt pour savoir si le nouveau nom va redonner au podium officiel l’importance qu’elle a progressivement perdu avec l’apparition d’autres évènements mode alternatifs, notamment le Madrid Fashion Show, une plateforme de mode indépendante qui fonctionne avec un financement privé et qui mise à la fois sur des marques déjà positionnées sur le marché et sur des créateurs émergeants. Il faut également souligner parmi la concurrence l’Off Cibeles, qui en 2006 s’est positionné comme un podium reconnu et qui atteint cette année son plus haut niveau de représentation avec 12 marques.

La MBFWM sera à la tête du circuit international des défilés et se situera, pour la première fois, devant New York, Londres, Milan et Paris.

D’autre part, tous les regards se tournent vers la Semaine de la Mode de Valence, qui ne manquera pas au rendez-vous, prévu du 15 au 18 février. La Valencia Fashion Week a perdu cette année le financement public du gouvernement local en raison de la crise économique. Elle a néanmoins obtenu le support de sponsors et de l’Association Semana de la Moda. Elle devient ainsi la seule fashion week sur le territoire national ne disposant pas d’aides publiques directes.

La Semaine de la Mode de Valence est la deuxième la plus importante du pays quant à la répercussion médiatique et au nombre d’assistants. Pendant ces dernières années, elle a réunit la plupart des noms les plus importants de la nouvelle mode espagnole.

À Barcelone, une région avec une longue tradition textile et de mode, le changement de gouvernement de la Communauté de Catalogne a introduit un nouveau modèle qui concerne la passerelle 080. Cette année, lors de l’édition célébrée à la fin du mois de janvier, la semaine de la mode de Barcelone a vu défiler sur un même espace des marques commerciales, comme Mango et Desigual –les deux d’origine catalane-, avec des créateurs émergeants et d’autres consacrés.

Ce modèle recherche à renforcer les liens entre création, industrie, production et commercialisation. Ceux qui ne sont pas totalement convaincus ce sont les créateurs catalans eux-mêmes, qui regardent avec méfiance le fait de devoir partager ce podium avec des géants internationaux du retail. Mais selon le gouvernement catalan, la proposition a réussi à séduire le public et les défilés ont attiré 12 000 personnes, le double que dans l’édition précédente.

De notre correspondant Daniela Santos Quartino

Foto 1 Santiago del Palacio, Madrid Fashion Show
Foto 2 Juan Pedro López, 080 Barcelona



























 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS