La BPI va soutenir Yiqing Yin

La <<  BPI >>, c'est la fierté du ministre du redressement productif Arnaud de Montebourg. L'instrument qui va permettre de lutter contre la frilosité des banques qui refusent de financer les PME. Le but et la justification de cette banque publique

d'investissement, créée par la loi du 31 décembre 2012, est d'accompagner en crédit, en garantie et en fonds propres l'activité des entreprises de l'amorçage jusqu'à la cotation en bourse éventuelle, d'assurer des services d'accompagnement et de soutien renforcé à l'innovation, à l'export et à la croissance externe. Chaque entrepreneur a en principe un interlocuteur unique dans chaque région pour ses besoins en financement et en investissement.

Faire émerger de nouvelles marques de créateurs haut de gamme

La mode n'est pas exempte du champs d'expertise de la BPI . Elle a même une société d'investissement qui lui est dédiée. Il s'agit de la société Mode et Finance qui jusqu'à présent peut se targuer d'être le seul acteur de financements en fonds propres sur ce segment. Elle a vocation à faire émerger de nouvelles marques, indépendantes, françaises de créateurs haut de gamme essentiels au renouvellement des industries de la mode et du luxe.

Evidemment, toutes les entreprises indépendantes, même haut de gamme, ne remplissent pas toujours les conditions requises pour que la Bpifrance puisse investir en elles. L'exemple de la coopérative Les Atelières dont la dirigeante est très en colère contre la BPI (Arnaud Montebourg reçoit les banques à ce sujet au moment même où nous écrivons ces lignes) prouve que le système ne s'adresse pas à tous de manière inconditionnelle. Pour que Mode et Finance investisse ainsi sur le long terme, en fonds propres ou quasi fonds propres dans une PME française, celle-ci doit être à la fois indépendante et à l'équilibre, réalisée un chiffre d'affaires supérieur à 500 000 euros, présenter un fort potentiel de développement à l'international et son activité doit s'exercer dans les secteurs de la mode et du luxe et notamment sur l'ensemble des secteurs de l'équipement de la personne. Ses prises de participation sont toujours minoritaires, et comprises entre 400 000 euros et 1,5 million d'euros.

Structurer le développement de la marque Yiqing Yin

DernierLa BPI va soutenir Yiqing Yin exemple particulièrement saillant de l'efficacité du dispositif : Mode et Finance vient de prendre une participation minoritaire dans la société détenant la marque Yiqing Yin. On ne présente plus cette créatrice française, née en chine, qui malgré son jeune âge (30 ans) a effectué depuis ses études à l'Ecole nationale supérieure des Arts Décoratifs, un parcours étonnant : finaliste du Festival d'Hyères, grand prix de la Création Mode de la ville de Paris en 2010, prix des premières collections de l'ANDAM en 2011, membre invitée au calendrier de la haute couture avec sa marque éponyme créée avec son associé Guillaume Lambert, un sans-faute couronné en 2013 lorsqu' Audrey Tautou, maitresse de cérémonie de la soirée d'ouverture du festival de Cannes choisit de porter une tenue haute couture de la créatrice. La maison française Léonard vient de lui confier la direction artistique de son prêt-à-porter.

 Isabelle Ginestet-Naudin, Directrice des fonds sectoriels de
Bpifrance, n'a aucun doute sur son choix : << A moins de 30 ans, Yiqing Yin qui affiche un parcours exemplaire, a su par sa finesse, sa force, et son style très identifiable, se faire une place, parmi le cercle très privé des créateurs talentueux de demain. >> Quelques jours seulement après son premier défilé pour Leonard, la créatrice  peut se satisfaire d'un accompagnement d'envergure pour sa propre marque, un accompagnement qui lui permettre de constituer une équipe solide.

crédit photo: Hervé Dewintre
 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS