La lingerie mise sur l’erotico-glam

Les 400 exposants du Salon de la Lingerie (initié par le groupe Eurovet) ont accueilli de vendredi à lundi près de quinze mille visiteurs au Parc des Expositions, à la Porte de Versailles.  Des collections automne/hiver 2014 où les couleurs étaient  mises à l'honneur - avec une 

mention spéciale pour le bleu, le violet, et le rouge qui se sont taillés une part de choix aux cotés des imprimés léopard, pop et décalé.

SiLa lingerie mise sur l’erotico-glam les innovations techniques étaient largement présentes dans les matières mais aussi les coupes (grand retour du dos nageur et du soutien-gorge bustier), la grande information c'est la mise en avant d'une lingerie sexy, voire même, disons le franchement : érotique. Phénomène 50 nuances de Grey oblige, ou nouveau levier de communication érotico-glam (mais surtout pas porno chic ne confondons pas) pour repulper les ventes d'un secteur en repli de 1,7 pour cent, à 3,5 milliards d'euros l'an dernier ?

Toujours est-il que les dépenses en prêt-à-porter chutaient de 11,2 pour cent entre 2007 et 2012, la lingerie fléchissait, elle, de 3,3 pour cent seulement. En 2013, le budget consacré aux dessous, a même augmenté : près de 100 euros par an et par consommatrice. Un des facteurs de cet engouement : Il semble bien que les femmes revendiquent fermement le come-back des jarretelles, frous frous et autre guêpières. Chez Cadolle, soutien-gorge seins nus et manchettes dentelles offrent la promesse de soirées pimentées. Chez Chantal Thomass, les nouvelles lignes s'appellent Désir ou Coup de foudre tandis que chez Aubade, un loup de dentelle et soie complète de classiques nuisettes. « Les clientes veulent maintenant sortir du classique avec une lingerie plus amusante et séductrice » assure-t-on chez Aubade où on se satisfait du succès des « boîtes à désir » composées d'ensembles à délacer ou décliqueter.

Autre relai de croissance : les marchés émergents.

« Les études montrent que le désir est en berne, en plus de l'économie. Avec ces collections, les fabricants brandissent la promesse de l'acte sexuel et de la relance du désir », analyse Frédéric Monneyron, sociologue de la mode, pour le Parisien. Ceci ne doit pas faire oublier l'autre relai de croissance important : les pays émergents. Lejaby, par exemple, a réduit ses pertes en misant sur l'esprit couture et le made in France qui plait énormément par exemple au Brésil (malgré des droits de douane exorbitants qui réservent ce marché aux marques haut de gamme), en Russie mais aussi au Moyen Orient, notamment Dubaï où la consommation de lingerie par habitant est la plus élevée de la planète.

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS