• Home
  • V1
  • Fashion
  • Les soldes strip tease

Les soldes strip tease

8 juil. 2013

Fashion

Peu importe que son nom de famille résonne comme le reliquat de la petite noblesse française dont la fortune remonte au XIXème siècle, Arthur de Soultrait n'a jamais eu froid aux yeux. Déjà en 2004, lorsque son stage aux Etats Unis

tournait au fiasco (l'entreprise qui l’employait fit faillite) il n’hésita pas à vendre un stock de cravates en porte-à-porte pour subvenir à ses besoins et pour payer son billet de retour en France.

Sa
mésaventure, loin de l'effrayer, exalta son courage : il en faut pour lancer sa marque de vêtements lorsqu'on est étudiant. Il commença d'abord par faire confectionner une centaine de polos, pour ensuite les vendre dans son lycée : un succès prémonitoire ( il liquida son stock en quelques jours) le décida à poursuivre son apprentissage aux Galeries Lafayette, en effectuant un stage de six mois au service achat. Il décrocha un contrat pour la confection des cravates de la délégation défendant la candidature de la Ville de Paris à l'organisation des Jeux Olympiques. Avec son frère cadet Bertrand, il fonda la marque Vicomte A en avril 2005 avec le succes que l'on connait.

La société compte 400 points de vente, principalement des détaillants multimarques, ses produits sont aussi distribués dans des espaces dédiés au sein de grands magasins et par une vingtaine de boutiques franchisées en Europe et aux USA. Elle emploie 50 salariés. La fabrication des produits de la marque a lieu dans différents pays d'Europe, ainsi qu'au Pérou et en Egypte. Le capital de la société est détenu à 100 pour 100 par la famille de Soultrait. Arthur en contrôle 70 pour cent, le reste appartient à son père et à son frère Bertrand.


Une communication habile et inventive

En matière de communication, le jeune entrepreneur se révèle furieusement habile et inventif. La société aime à rappeler que ses produits reprennent les codes du sportwear de luxe tout en proposant des produits plus abordables grâce à des coûts, notamment en matière publicitaire, moins élevés que ceux de la concurrence. Par exemple, la marque poursuit depuis sa création une politique intensive de parrainage ciblée et pertinente, notamment avec les clubs de Palm Beach et de Saint Tropez, et noue des partenariats avec la fédération française et les championnats d'Europe de Polo. En 2011, les espaces Vicomte A des Galeries Lafayette étaient les « corners » les plus rentables au mètre carré.

Vicomte A poursuit cette année sa politique iconoclaste et inovante en matière de communication. Pour lancer ses soldes dès le 26 juin dernier, la marque a créé le social strip tease. C'est une expérience digitale interactive où, pour que le ou la mannequin se dénude de façon glamour, l'internaute doit partager chacun des vêtements sur son wall Facebook. Un détournement chic, sexy et puissamment efficace de la fonction de partage sur Facebook, sans jamais toucher aux données personnelles des utilisateurs.

Les chiffres sont parlants: sans aucun budget média, le site http://www.socialstriptease.com a reçu plus de 30 000 visites 3 jours après son lancement, générant plus de 150 000 shares sur Facebook, des centaines de mentions sur Twitter, et, plus important, multipliant par 5 le nombre de visiteurs sur le site e-commerce http://www.vicomte-a.com