• Home
  • V1
  • Fashion
  • « Les terrasses du port » : bilan après le premier mois

« Les terrasses du port » : bilan après le premier mois

1 juil. 2014

Fashion

« Les terrasses du port », c’est le nom de l’immense centre commercial ouvert 7 jours sur 7, qui vient d’être inauguré à Marseille, il y a tout juste un mois. Un pôle commercial d’envergure pour lequel 2.000 personnes ont été recrutées, dont 90 pour cent en CDI, un bâtiment gigantesque,

qui ressemble côté mer à un gros paquebot, concu par l’architecte Michel Pétuaud-Létang, offrant une promenade de 260 mètres de long, en surplomb de la digue du port, 190 enseignes réparties sur 61.000 m2. Parmi ces enseignes, nombreuses sont celles qui s’implantent à Marseille, voir même en France, pour la première fois.

La foncière britannique Hammerson ( c’est son dixième centre commercial en France) a investi 466 millions d'euros dans ce projet et espère réaliser un chiffre d'affaire entre 350 et 400 millions d'euros. Il faut dire que ce projet bénéficie d'une superbe situation en bord de mer, d'une bonne desserte, d'une zone de chalandise de 1,5 million d'habitants et surtout de 600 millions à 1 milliard d'euros de dépenses de Marseillais hors de leur ville. Avec une ouverture sept jours sur sept, Hammerson espère bien récupérer les Marseillais qui vont faire leurs achats à Aix-en-Provence, Aubagne ou dans l’immense zone commerciale « Plan de Campagne » mais aussi en séduisant les consommateurs des villes voisines et pourquoi pas, profiter de la manne constituée par les 1,5 million de croisiéristes faisant escale à Marseille. Sans parler des voyageurs empruntant les ferries pour la Corse ou le Maghreb.

28 enseignes à Marseille pour la première fois

Ce paradigme a séduit des poids lourds de la distribution. Zara, Bershka, H&M, Citadium, Kiko, Havaianas. C’est par exemple la première fois que l'enseigne Printemps ouvre un deuxième magasin dans une même ville. Et pas n’importe quel magasin : Le Printemps occupe ici 6.000 m2 sur deux étages. Nouveauté également pour Uniqlo, dont le seul point de vente en France était Paris jusqu’à maintenant. L’enseigne japonaise a fait le choix de Marseille comme deuxième point de vente hexagonale avec en prime un slogan inédit : "From Tokyo to Marseille". Le responsable Europe d'Uniqlo, Berndt Hauptkorn a avoué que "le fait que Marseille soit capitale Européenne a joué en sa faveur."

En tout, une trentaine enseignes s’implante pour la première fois à Marseille. C’est le cas de Michael Kors qui a tout misé sur le lifestyle en présentant ici ses collections accessoires, montres et bijoux. Parmi les enseignes nouvellement implantée, on peut aussi citer J.O.T.T (une marque de coupe ventes et de doudounes), Aigle, Superdry, La Fabrique de Lunettes, Pylônes, Little Extra, Du Bruit dans la Cuisine, Jonak, Karl Marc John ou encore Crocs. De nombreuses bijouteries sont également présentes comme Pellegrin ou le joaillier danois Pandora.

Un mois jour pour jour après son ouverture, le centre commercial a enregistré plus d'un million de visiteurs. Hammerson vise à terme 15 millions de visiteurs par an. Si certains élus socialistes s’inquiètent de cette multiplication des centres commerciaux en périphérie de la ville, préjudiciable pour le commerce du centre-ville, le maire UMP de Marseille, Jean-Claude Gaudin préfère se réjouir« de l'ouverture d'un nouveau pôle commercial qui contribue à la réunification de la ville avec sa façade maritime ». Un mois après son ouverture, le gigantesque paquebot n’a en tout cas pas encore laminé ses concurrents. Au H&M de la rue Saint-Fé, les clients sont revenus après les premiers jours de curiosité. Dans le secteur Nord de Marseille, à Grand Littoral qui fut longtemps "le plus grand centre commercial d'Europe" et où s’est installé Primark en décembre dernier, on n’a pas constaté non plus de changement. Même son de cloche au centre commercial la Valentine, dont les 24 copropriétaires semblent sereins : ils connaissent les atouts de leur centre commercial à taille humaine : un parking gratuit (celui des paquebots a un prix massue) et un confort de visite. Les habitudes de consommation, ça compte.