"Made in the UK": la survie du cuir britannique

Les haricots verts d'Afrique du Sud ont perdu de leur attrait, les consommateurs préfèrent acheter ceux de leur région. Les enfants doivent encore apprendre que le lait provient des vaches et non des supermarchés. La tendance à la slow-food , à la cuisine saine et végétarienne sont presque

synonymes de produit local frais ou de proximité.



"Made in the UK": la survie du cuir britanniqueAujourd'hui, il est temps que la mode suive la même évolution. Mais avons-nous encore les connaissances, le savoir-faire et les moyens techniques pour y parvenir ? Est-il encore possible de produire des jeans en Europe, des sacs à main ou portefeuilles, des pulls en laine? Où ça? Dans cette nouvelle série, FashionUnited étudie la production de vêtements dans six pays européens: l'Espagne, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, l'Allemagne, l'Italie et la France - histoire d'en savoir un peu plus sur les réalités du secteur sur leurs propres terres...

Le cuir était autrefois l'un des trois premiers secteurs au Royaume-Uni


Un consommateur possède en moyenne quatre articles en cuir qu'il porte sur lui en même temps : des chaussures, une ceinture, un portefeuille et un bracelet-montre. La production de cuir au Royaume-Uni est un maillon clé de l'industrie mondiale du cuir, grâce à l'expertise de ses fabricants, le nombre de spécialistes techniques et les écoles de formation de Northampton, Walsall et Somerset. L'industrie du cuir britannique est réputée pour la diversité des produits qu'elle fabrique et qui sont destinés à plusieurs secteurs, dont l'industrie de la mode. D'après la Fédération britannique du Cuir, l'industrie de ce pays réalise un chiffre d'affaire annuel estimé à 195 millions de livres (236 millions d'euros).

Toutefois, l'excellence et la grande qualité des produits en cuir britanniques n'ont pas réussi à empêcher un lent déclin de la production de cette matière au cours de ces dernières décennies. Ce que l'on considérait, jadis, comme l'une des trois premières industries au Royaume-Uni a disparu puisque la majorité des sociétés traditionnelles exportent jusqu'à 90 pour cent de leur fabrication locale et investissent dans des usines à l'étranger, en Afrique et en Asie. Yeovil, situé à Pittards PLC, qui produit des articles en cuir de luxe pour des marques comme Hermès, possède quatre usines en Éthiopie, ce qui représente un chiffre d'affaire de 39 millions de livres et une production mensuelle de 186 000 mètres carrés de cuir de mouton laineux de qualité.

D'après Michael Redwood, professeur invité en maroquinerie de l'université de Northampton, il ne reste plus aujourd'hui que treize sociétés au Royaume-Uni, classées parmi les fabricants de cuir et trente tanneries et fabricants répartis sur tout le territoire. Cependant, grâce à plusieurs marques, essentiellement britanniques, comme la Cambridge Satchel Company, Globetrotter, Mulberry et Dr. Martens, et aux efforts de la campagne Made In Britain et du Northampton University Institute for Creative Leather Technologies (institut de l'université de Northampton pour les technologies créatives du cuir), l'industrie du cuir au Royaume-Uni continue à survivre.

Micheal Pearson, ancien directeur général de Pearce Leathers, et fiduciaire au Musée des Arts du Cuir de Northampton, a toujours eu une immense affection pour l'industrie du cuir. Après la fermeture définitive en 2002 des tanneries de renom, W. Pearce & Co., célèbres pour leurs cuirs estampés de grande qualité, Pearson, le petit-fils du fondateur, a conservé une passion intacte pour l'industrie de la maroquinerie. Il attribue le déclin des entreprises locales du cuir à la perte de la clientèle locale, qui a préféré les articles d'importation, moins chers, venus d'Extrême Orient.

Selon Pearson, le déclin des entreprises et tanneries locales ne s'explique pas seulement par la concurrence imposée par les centres de production implantés à l'étranger et les produits d'importation moins chers, mais par la perspective de gains financiers, réalisés par la vente des biens de production et immobiliers, les sociétés traditionnelles de maroquinerie possédant généralement des sièges sociaux et des bâtiments dans des quartiers très cotés des centre-ville. Sa thèse est que l'industrie du cuir britannique doit se recentrer sur la valeur ajoutée, en ralentissant les exportations de cuirs et de peaux brutes en les utilisant dans la fabrication locale.

"Made in the UK": la survie du cuir britanniqueKate Hills, fondatrice de Make it British, estime que la fabrication d'articles en cuir reste une activité à forts besoins en main d'oeuvre, ce qui est l'une des principales raisons de la délocalisation des moyens de production dans les années quatre-vingt. Elle remarque que si la production à grande échelle de maroquinerie au Royaume-Uni a peu de chance de retrouver sa gloire d'antan, des sociétés comme la Cambridge Satchel Company (CSC) ou Mulberry ont réussi à tirer leur épingle du jeu en ajoutant une valeur de marque à leurs produits .

L'une et l'autre réussissent bien à l'export parce qu'elles font valoir leurs origines britanniques. Elles disposent en outre d'usines très modernes et très rentables, alors qu'il y a encore dans ce secteur des producteurs qui continuent à avoir une approche "artisanale" de la production., a ajouté Hills. La CSC a ouvert une nouvelle usine l'été dernier pour arriver à répondre à une demande qui ne cesse de croître et a doublé sa production. Elle produit aujourd'hui 1 000 sacoches artisanales par jour. Quant à Mulberry, elle dirige deux usines dans le Somerset. The Rookery dispose de sept chaînes de fabrication, avec une production hebdomadaire de 1 100 sacs à main, tandis que l'usine qui vient de s'ouvrir à Willow -pour 5 millions de livres- dirige 10 chaînes de production. Cela n'empêche pas la marque de faire tourner plusieurs usines de cuir à l'étrange. Tous les sacs pour hommes sont fabriqués en Turquie et les petits articles en cuir, en Chine.

Trop peu de fabricants de cuir dans le pays

Hills fait observer qu'à l'heure actuelle, il n'y a pas assez de fabricants en maroquinerie au Royaume-Uni pour satisfaire les besoins des marchés de niche internationaux qui cherchent à produire de la maroquinerie dans le pays : C'est ce qui explique que la CSC ait créé sa propre marque. Pearson, dont l'entreprise familiale a été la première à fournir Mulberry en cuir, fait remarquer que les sociétés de maroquinerie qui semblent bien s'en tirer au Royaume-Uni sont situées sur des marchés de niche et sont des PME gérées ou détenues par des familles. L'industrie du cuir au Royaume-Uni est mieux desservie par de petites entreprises familiales , affirme-t-il.

Après plus de quarante ans passés dans l'industrie du cuir, Person est convaincu que c'est un secteur qui évolue par cycles, un peu comme l'agriculture ; selon lui, les entreprises britanniques devraient se recentrer sur le secteur de la mode, où elles pourraient créer des modèles uniques et assurer leur longévité. Pearson a permis à l'entreprise familiale de survivre et a transmis son amour du cuir à sa fille Deborah Thomas, directrice de Doe Leather, une marque de tradition qui produit des sacs à main exclusifs en cuir de sellerie, dont la tirette de fermeture éclair est ornée de gravures provenant des archives de W.Pearce & Co.

J'ai une foi totale dans le cuir britannique, déclare Pearson. Il a une grande polyvalence, ce qui lui permettra de survivre dans le secteur de la mode. Le grand atout du cuir c'est sa faculté à s'adapter. a-t-il ajouté.

Photo: Cambridge Satchel Company

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS