Moncler : une entrée triomphale en bourse

Bien que fondé en France, en 1952 à Monestier-de-Clermont (d'où son nom) en Isère, c’est en Italie que Moncler, le fabricant de vêtements spécialisé dans la doudoune connait une renaissance spectaculaire. Et ce n’est pas son

introduction ce lundi à la bourse de Milan qui prouvera le contraire : dès les premières minutes de sa cotation, les titres se sont arrachés pour afficher , en fin de journée, une hausse de 46,76 pour cent. On s’attendait à un succès, ce fut un triomphe.

L’artisan Moncler : une entrée triomphale en boursede ce triomphe, c’est Remo Ruffini le président et principal actionnaire de Moncler, qui avait racheté en 2003 la marque française alors en difficulté avant de la relancer et de l'internationaliser. C’est d’ailleurs une ovation internationale qui a salué l’entrepreneur italien, originaire de Côme. Le public, un tiers européen, un tiers asiatique, un tiers américain, l’a salué debout. Les plus beaux noms de la mode italienne sont nos actionnaires", s'est félicité Remo Ruffini.

Selon l'agence financière Radiocor, qui cite des sources proches du dossier, de grands noms du gotha italien de la mode et de la finance, les familles Ferragamo, Loro Piana, Zegna, au patron de Diesel Renzo Rosso, ont fait leur entrée à son capital de même que Bernard Arnault, patron du géant du luxe LVMH. Parmi les grands institutionnels étrangers figurent aussi BlackRock, Capital Group, mais aussi les fonds souverains du Qatar et de Singapour (GIC) et le fonds chinois Safe.


Troisième valeur du luxe italien, après Luxottica et Ferragamo.

Le prix d'introduction de l'action avait été fixé à 10,20 euros. La société avait ainsi été valorisée à 2,55 milliards d'euros. L’action a atteint 14,97 euros en fin de journée portant sa capitalisation à 3,7 milliards d’euros et faisant du titre Moncler la troisième valeur cotée du luxe italien derrière Luxottica (17,6 milliards d’euros), Ferragamo (4,7 milliards), au coude-à-coude avec le groupe Tod’s de Diego Della Valle et devant Yoox et Cucinelli. L'introduction en Bourse de Moncler est la plus importante réalisée par une société italienne depuis celle de Prada (1913.HK) à la Bourse de Hong Kong en 2011, d'après la société d'études Dealogic. Dans le cadre de cette opération, Prada avait été valorisé à 2,5 milliards de dollars.

« J’aime l’idée d’aller à contre-tendance au moment où les grands groupes de luxe français font leur “shopping” en Italie : en moins de dix ans, nous avons réussi à ressusciter une marque française dormante pour en faire une marque globale », a récemment déclaré Remo Ruffini. Avec un résultat net de 85 millions d’euros pour un chiffre d’affaires de 490 millions d’euros en 2012, Moncler va désormais consolider sa présence en Russie, au Japon et aux Etats-Unis.

en photo; Remo Ruffini, PDG et DA de Moncler
 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS