PFW : la semaine des paradoxes

Marquée à jamais par la fin tragique de la carrière de John Galliano chez Christian Dior, la Fashion Week a pourtant réussi à passer au-dessus de la polémique lors de cette première session de l'année 2011. Décidément, la

planète mode a la bougeotte. Du remaniement s'annonce non seulement chez Dior (à suivre), Hermès (Christophe Lemaire remplace Jean Paul Gaultier) et Thierry Mugler, mais aussi - selon les bruits qui courent - chez Givenchy et Yves Saint Laurent où on évoque le départ éventuel de leurs directeurs artistiques respectifs.

PFW : la semaine des paradoxesPFW : la semaine des paradoxesPour l'hiver prochain, les teintes vives seront au rendez-vous : vert bouteille, rose indien, tabac, tout comme les couleurs neutres comme le gris tourterelle, le beige ou le blanc cassé. Le look bi-matière se confirme : l'association cuir ultrafin / laine, soie, touches de renard ou de la fourrure rasée (chevreau, lapin, vison) est partout. D'un point de vue purement commercial, en multipliant les matières utilisées sur un vêtement, les créateurs répondent aux goûts différents des clients, ce qui leur permet de mieux tirer leur épingle du jeu.

D'un côté on retrouve les silhouettes graphiques et découpes savamment ciselées, de l'autre - les retombées du style Mad Men " relookée de la tête aux pieds " : la néo-bourgeoise imaginée par Marcel Marongiu Guy Laroche ou la collection " anti-jeunisme " incarnée par l'actrice Valérie Lemercier chez Jean Paul Gaultier.

Sans renoncer à son chic immuable, Paris lâche son intellectualisme et s'accommode à la création libérée des stylistes venus de l'étranger qui savent faire osmose avec l'inépuisable savoir - faire parisien. Pour son début chez Thierry Mugler mercredi dernier, Nichola Formichetti a signé un défilé - show. En 2009, Lady GaGa a eu le coup de foudre pour les créations de ce créateur italo-japonais, peu connu du grand public. En mariée virginale, la star domine le décor et éclipse les pièces de la collection qui ressuscite l'ADN muglérien. Cette saison a vu l'arrivée sur le calendrier officiel de Corrado de Biase et Hakaan Yildirim, lauréat de l'ANDAM 2010 et habitué des podiums londoniens. Les supportatrices du designer turc : Karolina Kurkova, Maria Carla Boscono et Natalia Vodianova ont composé un casting de rêve pour son défilé, organisé à l'Hôtel Ritz.

PFW : la semaine des paradoxesLe succès de la couturière néerlandaise Iris Van Herpen lors de la semaine de la Haute Couture en janvier a fait rêver plus d'un de ses compatriotes... Josephus Thimister a dévoilé une très prometteuse première collection de prêt-à-porter à Paris tout comme la jeune styliste Steffie Christiaens qui s'est inspirée du feu et des forces de la nature pour son premier show dans la capitale, à la Monnaie de Paris, dernier lieu culturel en date à prêter ses salles aux créateurs de la Paris Fashion Week.

Si entre l'ambiance de " chaises musicales " l'innovation prime chez les créateurs (on pense surtout aux dernières collections de Manish Arora, Haider Ackermann et Viktor & Rolf), une recherche du confort se manifeste dans le choix des lieux de défilé. Fini les endroits eloignés à la Galliano. Plus besoin de GPS, l'itinéraire fashion se tient dans le creux de la main ou presque... Une sorte de quartier général s'est formé autour de trois axes principaux : Opéra - Rivoli - Alma Marceau / Champs Elysées, auxquels s'ajoutent les petites salles de la rive gauche ou du Marais. Un pavillon érigé place de la Concorde a remplacé celui du Pont Alexandre III, de la saison dernière. Y ont défilé Sonia Rykiel, Vivienne Westwood, Barbara Bui et Jean-Charles de Castelbajac.


Lutz, Amaya Arzuaga et Damir Doma ont investi une des ailes du Grand Palais, lieu de prédilection de Chanel, une des rares maisons à pouvoir s'offrir la grande salle du monument. Plus à l'est, la Halle Freyssinet et les Docks en Seine, Cité de la Mode ne sont plus au goût du jour. Enfin, à l'autre côté de la ville, le décor brut du Palais de Tokyo a su séduire les américains Zac Posen et Rick Owens; mais aussi Maison Martin Margiela, Yohji Yamamoto, Vanessa Bruno, Felipe Oliveira Baptista et Haider Ackermann, évoqué comme futur successeur de Galliano chez Dior. En somme, une semaine de la mode en pleine mutation, tout en paradoxes qui s'ouvre et se recentre à la fois. Rendez-vous en septembre pour la suite de l'aventure...

Photos : Robe rouge en chèvreau fin Guy Laroche. Robe patchwork d'imprimés Manish Arora et un manteau Martin Grant et la créatrice Steffie Christiaens qui a débuté sur les podiums parisiens cette saison.

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS