Plus de luxe venu d'Asie

Dans le monde des tendances, comme dans la gastronomie, il y a des dénominations d’origine indiscutables. La haute-couture est parisienne, la fonctionnalité nordique est proverbiale et New-York est considérée comme la

mine d’or des génies du design d’avant-garde. Mais que se passe-t-il en Asie ? Dans une grande partie de l’Occident, la Chine est perçue comme un pays de production massive d’articles de mauvaise qualité et sans aucun filtre créatif.

En Plus de luxe venu d'Asiemême temps, le luxe asiatique ne nous est pas complètement étranger. Aux antipodes d’entreprises comme la japonaise Uniqlo, certains pays mis sous pavillon par la Chine commencent à exporter au reste du monde des articles de luxe « high cost » et sont prêts à entrer en concurrence avec les marques de luxe traditionnelles, au moment voulu…

Par exemple, Shanghai tang qui dispose de boutiques très colorés à New-York, Paris, Londres et Madrid, propose pour cette saison Printemps-Eté 2011 des blazers fins et chemises fleuries aux subtiles réminiscences orientales : cols Mao, imprimés inspirés de la porcelaine chinoise, couleurs pâles, etc. Pour l’homme, la collection reste très limitée alors que pour la femme, on retrouve une offre plus riche.

Le point fort de Shanghai Tang reste sa ligne Imperial Tailoring, basée sur des principes de confection traditionnelle et exquise qui selon elle, « représente l’image de la Chine la plus moderne ». Ses looks relèvent à la fois du design occidental et de costumes de films historiques, avec une mention spéciale pour les manteaux et leurs boutons ultra-originaux, voire quelque peu théâtraux.

(Rédaction: Anne-Sophie Castro)



 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS