C’était perdu d’avance concède Jean-Guy Le Floch, le PDG de la PME bretonne Armor

Lux : «Il y avait une chance infime que le marché soit cassé». Un constat sans doute amer mais lucide : le tribunal administratif de Paris a en effet débouté ce lundi Armor-Lux qui contestait les conditions d'attribution du marché des uniformes de la police, dont elle avait été évincée au profit d'une filiale du groupe GDF-Suez.

La PME avait déposé le 19 avril un recours pour faire annuler la procédure de passation du marché public attribué deux jours plus tôt par le ministère de l'Intérieur à une filiale de GDF-Suez, Ineo Support Global (ISG). Cette dernière est associée à La Calaisienne et Balsan, deux PME de confection d'uniformes basées dans le Pas-de-Calais et en Isère. En vain.

Pour le PDG d’Armor-lux, le juge «n’a pas eu le temps ni les moyens d’investiguer». Lors de l’audience mardi dernier, l’avocate de la PME, Me Sophie Lapisardi, avait notamment contesté le recours au dialogue compétitif, une procédure dérogatoire à l’appel d’offres, réservée aux dossiers complexes. Le périmètre du marché était «identique à celui de 2008», avait-elle plaidé. Armor Lux habillait depuis 2008 les 120 000 policiers du territoire pour un marché total de 20 millions d’euros hors taxes sur cinq ans.

Il faut noter que pour faire pencher la balance de son coté, Ineo Support Global avait invoqué «des prestations complémentaires complexes» dont le recyclage des vêtements en fin de vie.
 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS