• Home
  • V1
  • Mode
  • France: "frémissements" de reprise pour le prêt-à-porter féminin au premier semestre

France: "frémissements" de reprise pour le prêt-à-porter féminin au premier semestre

10 sept. 2014

Le prêt-à-porter féminin, dont les ventes en France reculent depuis six ans, a

réalisé un bon premier semestre, avec une reprise des volumes et des chiffres d'affaires, a annoncé mercredi la fédération du secteur, qui se montre optimiste pour la fin de l'année. Sur les six premiers mois de 2014, le secteur a enregistré un chiffre d'affaires de 2,1 milliards d'euros, en progression de 1,3 pourcent par rapport à la même période de l'an dernier.

Sur les volumes aussi, l'heure est à la reprise, avec une hausse de 4,8 popurcent du nombre de pièces achetées. Les Françaises ont également légèrement revu à la hausse le budget moyen qu'elles consacrent aux achats de vêtements lors du premier semestre, passant de 176 euros l'an dernier à 183 euros.

"Le bilan du premier semestre est plutôt doux. Ce n'est pour l'instant qu'un frémissement (de reprise, ndlr) et il est encore un peu tôt pour en dégager une tendance de fond. Mais cela reste encourageant", a estimé Daniel Wertel, président de la Fédération du prêt-à-porter féminin, mercredi lors d'une conférence de presse.

"Ceci est d'autant plus notable que le contexte économique général n'est pas bon" avec une consommation et un pouvoir d'achat qui stagnent, tandis que les ventes textile dans leur ensemble sont en baisse depuis six années consécutives, a renchérit François-Marie Grau, secrétaire général de la fédération.

Les deux hommes se montrent optimistes pour la fin de l'année, escomptant une activité positive pour le prêt-à-porter féminin. "Nous devrions clôturer l'année à +1 ou +1,5 pourcent, ce qui serait une première depuis sept ans", a conclu M. Grau.

Il estime par ailleurs que 2015 s'annonce sous les meilleurs auspices pour le secteur, dans la mesure où les signes de reprise en Europe commencent à se multiplier, tandis que la baisse amorcée de l'euro favorisera les exportations. (AFP)