Louis Vuitton, la marque vedette du groupe LVMH,

se lance dans les stylos et la papeterie. Ces produits seront désormais vendus dans un espace entièrement dédié à l'écriture, situé au 6, place Saint-Germain entre les célèbres cafés de Flore et des Deux Magots, si chers aux écrivains.

Les encres sont exclusives, le papier inédit, les encriers en cristal de Baccarat (la fabrication est signée Saint Louis), tandis que la fabrication des stylos, dont certains sont recouverts d’alligator, a été confié à S.T.Dupont qui produit déjà, à Faverges en Haute-Savoie, plus de 100 000 stylos et briquets par an. « Nous sommes heureux que les équipes de Louis Vuitton choisissent Dupont à cause de la qualité et le côté made in France de nos produits », s'est félicité Alain Crevet, le président du directoire qui a qualifié le partenariat d"enthousiasmant" et se dit être un ancien ami de la maison Louis Vuitton.

Inspiré des Cabinets de curiosités des XVIIe et XVIIIe siècles, l’espace est construit comme un jardin à l’anglaise. Un bar à encre rétro-éclairé dans un meuble de joaillerie du début du XXe siècle accueille les douze coloris d’encre proposés par la Maison. Tous les codes de l’art de la correspondance sont présentés par gradations successives, entre les différents thèmes de l’univers de l’écriture.

A noter que la collection comprendra aussi des carnets et des étuis de cuir, marchant ainsi sur les terres d'Hermès, dont il détient 22,6% du capital. C’est surtout une bonne opération d’image face à Hermes qui se présente comme un artisan raffiné et qui désigne volontiers Vuitton comme un concurrent industriel.

Les ventes de Louis Vuitton, estimées à environ 6,5 milliards d'euros par les analystes, pourraient atteindre 12 milliards dans les cinq à sept ans qui viennent.

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS