Le groupe de Bernard Arnault, numéro un mondial du luxe, grâce notamment à un portefeuille

de marques superbes comme Louis Vuitton, Christian Dior ou encore Céline, Givenchy et Guerlain, annonce un bénéfice net en baisse de 6 pour cent au premier semestre : 1,58 milliard d'euros. Le chiffre d’affaire par contre est en hausse : 13,7 milliards d'euros avec des ventes en progression de 6 pour cent.

Ce résultat est conforme aux attentes puisque le recul du bénéfice est avant tout technique : l’année dernière, LVMH avait touché un dividende exceptionnel lié à sa participation dans Hermès.

Dans le détail, les ventes de la division mode-maroquinerie -une division très importante comprenant la marque star de cet empire : Louis Vuitton - ont affiché une amélioration. Elle est légère : + 5 pour cent mais prouve que la tendance à la baisse semble s’inverser. C’est en tout cas l’avis de Mario Ortelli, analyste de Bernstein.

Il faut enfin noter que la croissance de LVMH contraste fortement avec celle d'Hermès, qui a atteint 14,4 pour cent au premier semestre. Kering de son coté progresse grâce à Bottega Veneta et Saint Laurent, tandis que Gucci - deuxième griffe mondiale derrière Vuitton - reste stable à 4 pour cent.


Les griffes de luxe de LVMH très profitables

La bonne performance de LVMH est tirée par la croissance de ses activités distribution: parfumeries Sephora, boutiques d'aéroports DFS et grands magasins pour touristes Galleria : Ce pôle réalise désormais un chiffre d'affaires proche de celui de la prestigieuse branche mode & maroquinerie.

La croissance de Louis Vuitton, locomotive absolue du groupe, légèrement inférieure à 4 pour cent après deux décennies miraculeuses à avoir dépassé 10 pour cent, a cependant légèrement accéléré entre le premier et le second trimestre, alors que la griffe n'a quasiment pas ouvert de nouvelle boutique. Surtout, sa marge est restée stable sur le semestre, à un niveau nettement supérieur à 40 pour cent. La baisse de 1 pour cent du résultat opérationnel de la branche mode & maroquinerie s'explique en fait par les investissements chez Céline, Kenzo et Fendi. Le résultat opérationnel global de LVMH a, lui, augmenté de 2 pour cent.

Le groupe tiendra une conférence téléphonique vendredi matin sur ces résultats. LVMH sera surtout très attendu sur l'évolution des marges et des ventes de Louis Vuitton.
 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS