"Il était une fois dans le ciel azur de mes utopies, un grand oiseau d'argent. Surfeur d'arc en ciel, las de cieux gris, assoiffé de tropiques, il décida un jour de ne pas revenir de sa migration hiver...", raconte le créateur de mode qui a convoqué une foule d'invités mardi 5 octobre, sous le chapiteau blanc Pont Alexandre III à Paris. " Bienvenue à bord le vol Uber Tropical Airlines ", nous souhaite l'hôtesse de l'air. Ensuite, place à la musique live de The Shoes et le runway show commence. Mais il ne s'agit pas d'un décollage, comme le savent les habitués des défilés JCDC, on assiste à l'atterrissage de l'OVNI de la Fashion Week.
 
Pour le printemps prochain, la femme JCDC porte des pièces vaporeuses en georgette de soie et gazar aux imprimés zèbre rehaussés de couleurs primaires castelbajaciennes; des cabans tapisserie " Tropikal " à motifs tigres, des micro - robes en jacquard " boubou ", des paillettes par ci et par là, un tailleur jupe d'ailleurs " OuaGaGadougou " ou de longues robes fourreau " totem " à motif XXL ou à message surréaliste comme " Ceci n'est pas une robe du soir ". Côté accessoires, JCDC nous propose un micro cristal boom box années 80, le flagbag en cuir vert ou encore des escarpins "trichelieu" en cuir camel (ou noir) et lin. Éléphants, lions, tigres et Félix The Cat prennent vie et se promènent librement sur le podium. Le créateur a pris le soin d'estampiller cette collection d'une Tour Eiffel. La dame de fer apparaît sur des colliers et sur une magnifique robe totem en satin duchesse jaune à ceinture tricolore que la mannequin à la peau ébène porte avec un col Air bag - quel port de reine !
 
Photos : Jean-Charles de Castelbajac printemps - été 2011.
 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS