Velours noirs charbon, cuir couleur cognac, fourrures, collants sans pieds « Tour Eiffel », turbans années 40 et escarpins vertigineux... Sur des airs de Juliette Gréco ou encore Barbara, Jean Paul Gaultier a emmené ses convives dans le Paris d'après-guerre.
 
Le travail d'orfèvre du couturier français, qui a renoncé il y a peu, après 7 années de collaboration, à la direction artistique de Hermès a été sublimé par un mini-spectacle signé Dita Von Teese. La star du burlesque s'est livrée à un strip-tease afin de dévoiler son magnifique corset rose poudré recouvert d'armatures noires façon squelette.

" En couture, on utilise le terme de désossement pour évoquer les structures d'un vêtement ", dit-il, expliquant avoir voulu "montrer les articulations", sur le corset de Dita comme sur des tenues plus classiques de cette collection haute couture pour l'hiver prochain.
 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS