LVMH résout le problème de la contrefaçon avec la blockchain AURA

Afin de trouver une solution au problème de la contrefaçon dans le secteur du luxe, LVMH Moët Hennessy Louis Vuitton a mis au point la technologie AURA. La première blockchain internationale conçue pour aider les consommateurs à tracer les articles et à juger de leur authenticité.

La plate-forme AURA a été développée par Microsoft et l’entreprise de blockchain ConsenSys. Par ailleurs, plusieurs marques appartenant au groupe LVMH ont déjà pris part à la technologie blockchain, dont Louis Vuitton et Parfums Christian Dior.

AURA a été conçue spécifiquement par et pour les marques de luxe. Elle offre de multiples options d'utilisation, comme par exemple le sourcing des matières premières ou la mise au point de services sur mesure et la consolidation de la fidélité client.

AURA aide également les consommateurs à suivre le cycle de vie d'un produit, de sa conception à sa distribution. En ce sens, la plateforme est conçue pour protéger la propriété intellectuelle.

Le marché de la revente de luxe suscite des inquiétudes quant à l'authenticité

Les consommateurs et les détaillants sont de plus en plus intéressés par la revente des objets de luxe. Ce mois-ci, Farfetch a lancé sa boutique en ligne de revente de sacs à main, tandis que Rebag et The RealReal ont chacun ouvert leurs troisièmes magasins physiques dédiés à la revente d’articles de luxe, respectivement à Los Angeles et à New York.

Au cours des cinq prochaines années, le marché de la revente devrait passer de 21,5 milliards d’euros à 45,5 milliards d’euros environ, ce qui ne fait qu’accentuer la nécessité de prouver l'authenticité des produits de luxe.

Il y a plusieurs mois, lors d’un procès contre The RealReal, Chanel a exprimé ses préoccupations concernant l'authenticité de ses produits revendus. L’affaire a permis à la maison française de soulever la question de l’authentification par des détaillants experts.

Désormais, avec la plate-forme AURA, les consommateurs disposent d’une technologie capable d’attester de l'origine des articles de luxe. La plateforme fournit des informations aussi précises que l'endroit où l’article a été acheté pour la première fois et le moment de sa revente. Elle est donc conçue pour faire obstacle à la contrefaçon, et ce, à l'échelle mondiale.

Article traduit et édité en français par Julia Garel.

Photo : site web Fendi / LVMH

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS