• Home
  • Actualite
  • Business
  • Primark s’attend à perdre plus d’un milliard d’euros sur le semestre en cours

Business

Primark s’attend à perdre plus d’un milliard d’euros sur le semestre en cours

By Odile Mopin

19 janv. 2021

Politique de « stop and go » un peu partout en Europe, reconfinement total du Royaume-Uni depuis Noël et fermetures de boutiques à la clé, autant de blocages à l’activité, couplés une à une incertitude accrue sur les périodes d’ouvertures et de fermetures de magasins. Cette conjoncture problématique a conduit Primark à publier jeudi 14 février un nouvel « update » sur ses pertes de revenus à mi-étape de son exercice décalé. Le groupe les estime aujourd’hui à 1, 05 milliards de livres (1, 18 milliards d’euros) à l’issue du semestre en cours, le 27 février prochain.

Le 31 décembre dernier, le géant irlandais de la fast fashion avait fait une première estimation nettement moins lourde, à 650 millions de livres (729, 5 millions d’euros).

Entre septembre et la fin décembre, les ventes de Primark avait déjà chutées de 30 pour cent par rapport à la même période l’an dernier, pour une perte de revenus ayant alors atteint 540 millions de livres (606 millions d’euros). En cause, bien sûr, l’impact des différentes mesures contraignantes liées à la crise sanitaire (des ouvertures restreintes aux fermetures complètes des magasins en passant par les restrictions de circulation du public). A ce jour indique Primark, 305 magasins sont fermés, dont la totalité du parc (190) au Royaume-Uni). Ce nombre représente 76 pour cent de l’ensemble de la surface de vente au détail de l’enseigne.

Pour autant, et malgré le manque de visibilité qui continue de peser sur l’activité des magasins, Primark va ouvrir une quinzaine de points de ventes supplémentaires au cours de son exercice complet. Dont un en France et aux Pays-Bas, cinq en Espagne, trois aux Etats-Unis, deux en Italie, et une première unité en République Tchèque. Parallèlement, le groupe poursuit sa stratégie de réduction de certains magasins jugés « surdimentionés ». A l’instar, prochainement, de l’enseigne de Boston Downtown Crossing . Il s’agit d’opérer un subtil équilibrage entre rentabilité, expérience client, ouvertures dans des marchés choisis pour compenser les fermetures contraintes actuelles.

Crédit: Primark