• Home
  • Actualite
  • Business
  • « Savoir faire ensemble » : la filière mode et luxe se projette dans l’après crise

Business

« Savoir faire ensemble » : la filière mode et luxe se projette dans l’après crise

By Odile Mopin

30 avr. 2020

En octobre dernier, le Comité stratégique de filière (CSF) Mode & Luxe lançait la campagne « savoir pour faire » et son site dédié, visant à revaloriser les métiers techniques de la mode. L’objectif était de recruter dans l’amont de la filière, la confection notamment, qui souffrait d’un déficit d’image. C’était avant.

Aujourd’hui, la mobilisation démontrée par plus de 800 entreprises dans la production de masques et de surblouses de la filière Mode & Luxe s’est concrétisé par le mouvement et le site « savoir faire ensemble ». Le Comité stratégique de filière, présidé par Guillaume de Seynes, engage avec les entreprises du secteur une réflexion stratégique sur les nouveaux process de production et d’organisation de l’amont à l’aval. Et vient de publier une tribune en forme de message d’espoir.

« Depuis quatre semaines, à travers la France, nous sommes plus de 830 entreprises de toutes tailles, mobilisées pour un objectif commun : mettre à profit nos outils industriels pour fabriquer ce dont les Français ont cruellement besoin, masques et surblouses », écrivent les signataires, qui, pour la plupart d’entre eux n’avaient jamais fabriqué ce type de produits. Un mouvement de fond, coordonné dans l’urgence par le site csfmodeluxe-masque.com. Aujourd’hui ces productions atteignent 8, 7 millions de masques.

« Si l’industrie du textile et de l’habillement a perdu un grand nombre d’emplois lors des dernières décennies elle montre aujourd’hui sa résilience, son savoir-faire, et son utilité face à la crise. La mode toujours se réinvente. C’est en s’attachant à ce qu’elle soit durable, innovante et transparente que nous pourrons renforcer notre compétitivité, participer à la relocalisation industrielle et créer des emplois » écrivent les signataires.

Une filière stratégique pour la France

« Ce tournant solidaire éveillera, nous l’espérons, de l’intérêt pour nos métiers et ouvrira la porte à de nouvelles vocations. Le moment venu, nous devrons nous projeter rapidement vers l’avenir en s’appuyant notamment sur la formation » a souligné Guillaume de Seynes, qui pointe l’importance cruciale de la formation continue pour conserver la force de l’industrie, des dispositifs de reconversion pour permettre la relocalisation de certaines capacités de productions stratégiques, et de la formation initiale pour transmettre les savoir-faire et attirer les jeunes.

Objectif, une sortie de crise la tête haute.

Pour en savoir plus sur les impacts du Covid-19 liés au secteur de la mode, rendez-vous sur notre page dédiée.
Pour ne louper aucune actualité internationale liée au Covid-19, rendez-vous sur notre page en anglais
.

crédit : Savoir pour faire, Guillaume de Seynes