Comment les acteurs de la mode s'adaptent-ils à la crise sanitaire ?

Au-delà de la chute brutale des ventes de l’habillement, une adaptation et un élan de coopération émergent parmi les marques et sociétés de mode. Depuis la publication de l’arrêté du 14 mars les commerces non-alimentaires ont fermé leur porte en France, l’activité est ralentie, voire au point mort pour certaines entreprises ayant décidé de fermer également leur offre en ligne comme c’est le cas pour la marque de chaussures Jonak. « C’est une mise en sommeil de la mode » déclare Régis Pennel, PDG du concept store L’Exception, contacté le 18 mars par FashionUnited. Néanmoins, qu’il s’agisse de minimiser les pertes ou de se soutenir les uns les autres, le secteur agit et ne reste pas les bras croisés.

Information et engagement

Informer. Tel est le mot d'ordre des marques du secteur mode dont les messages remplissent les boîtes mails des clients et partenaires. L'occasion pour elles d’exprimer notamment leur soutien au personnel soignant et de faire part de leur « engagement », un terme tendance qui prend aujourd'hui tout son sens.

La marque de prêt-à-porter espagnole Desigual a, par exemple, lancé le hashtag #restezchezvous, « pour soutenir le mouvement », précise-t-elle dans un communiqué. L’enseigne va même jusqu’à revisiter son « iconique duo “Humans” qui désormais ne se tiendra plus par la main pour la première fois depuis que l’artiste Peret leur a donné naissance, il y a presque 36 ans de cela ». Stratégie marketing ou réelle solidarité ? À chacun d’en juger.

Playtime devient, cette saison, une « entreprise à but non lucratif »

Le ton est grave, solennel et le message fraternel. Dans un communiqué, le salon Playtime, spécialisé dans le secteur enfant et qui doit avoir lieu du 4 au 6 juillet prochain, annonce sa décision de se conduire, cette saison, « comme une entreprise à but non lucratif ».

« De nombreuses marques se sont déjà inscrites pour la prochaine édition de nos salons. Cependant, nous avons décidé, après de longues délibérations, qu'en toute bonne conscience, nous ne pouvons accepter qu'une entreprise profite des pertes subies par tout le monde alors que nous traversons ces moments exceptionnels, » déclare Sébastien de Hutten, CEO de Playtime et Chantal Danguillaume, Event Director.

Concrètement, le salon a annoncé une remise de 20-25 pour cent sur tous les stands de Playtime Paris et New York ( concernant Shanghai, le communiqué précise qu’une aide financière est en discussion pour les exposants internationaux qui doivent voyager) ; une remise de 50 pour cent pour un abonnement à la plateforme numérique Playtime ; enfin, une réorientation des efforts financiers, avant, pendant et après les salons, vers la promotion des marques et produits vendus sur la plateforme. Le communiqué indique également la négociation des prix les plus bas possible avec les fournisseurs pour des services supplémentaires.

Divertir pour maintenir le lien

Lorsque les enseignes de mode n’ont pas totalement fermé boutique, celles-ci proposent, dans une grande majorité, la livraison offerte à leurs clients. Cependant, dans le contexte actuel, les vêtements et accessoires ne sont pas des produits de première nécessité, et les ventes, même en ligne, voient leur chiffre diminué. Un exemple parmi tant d'autres : en quelques jours, le concept store parisien L’Exception a vu son chiffre d’affaires baissé de 70 pour cent a confié Régis Pennel à FashionUnited. Alors, pour maintenir le lien avec le consommateur, les marques optent pour le divertissement. C'est le cas de l’enseigne Jonak qui a publié un communiqué annonçant qu’elle lancera la semaine prochaine, un rendez-vous quotidien sur son compte Instagram avec une personnalité invitée « afin de proposer des ateliers et activités à faire chez soi ».

La Compagnie de Phalsbourg suspend les loyers pour ses clients aux enseignes non alimentaires

Le secteur de la mode bénéficie également d’aides extérieures à l’industrie. Parmi les initiatives les plus remarquées, celle de la Compagnie de Phalsbourg, investisseur et gestionnaire de projets immobiliers en France, qui a décidé d’annuler tous les loyers dus par ses clients enseignes non alimentaires pendant les fermetures administratives, comme l’expliquait FashionUnited dans un article daté du 18 mars. La suppression temporaire des loyers s’étend du 15 mars au 15 avril 2020, a précisé Philippe Journo, président-fondateur de la société.

Pour en savoir plus sur les impacts du Covid-19 liés au secteur de la mode en France, rendez-vous sur notre page dédiée.
Pour ne louper aucune actualité internationale liée au Covid-19, rendez-vous sur notre page en anglais
.

Crédit : Desigual

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS