La mode dans les médias cette semaine : Suppression de postes, chômage partiel ou licenciement, les marques face à la crise

FashionUnited vous propose de découvrir, chaque vendredi, une revue de l’actualité mode de la semaine. La crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 se poursuit en ce début de mois d’avril. La situation délicate a un fort impact sur l’économie mondiale et cela pourrait s’intensifier dans les mois et années à venir. Pour y faire face, les entreprises de mode et de divers secteurs anticipent. Certaines prévoient des licenciements, d’autres pensent au chômage partiel tandis qu’un petit groupe oeuvre pour maintenir les emplois. FashionUnited s’est penché sur les marques qui se sont exprimés cette semaine sur l’avenir de leurs employés.

En 2018, Chanel affichait un chiffre d’affaires de plus de neuf milliards d’euros. Avec ses résultats positifs, la marque s’est très vite positionnée en faveur du maintien des postes et des salaires de ses employés. « Nous avons décidé de maintenir à 100 % les salaires en France des 8 500 salariés de Chanel pendant huit semaines, jusqu'au 8 mai. Une mesure qui est un acte citoyen fort afin de ne pas peser sur les comptes publics et de permettre à l'État de se concentrer sur l'aide aux entreprises plus vulnérables et le système de santé », explique Bruno Pavlovsky, président de Chanel SAS lors d’une interview consacrée à Le Point. « Renoncer au recours au chômage partiel pour une durée de deux mois porte sur un montant de plusieurs dizaines de millions d’euros », a précisé le dirigeant au journal Le Monde.

Autre grand groupe français, L’Oréal s’est aussi positionné en faveur du maintien des emplois et des salaires. « L'Oréal s'engage à ne pas avoir recours au chômage partiel jusqu'à fin juin 2020, (...) à ne procéder à aucun report de charges sociales ou fiscales (cotisations, impôts etc.), (...) à payer 100% de leur rémunération fixe à l’ensemble de ses collaborateurs en France - soit 13 400 personnes, dont plus de 3 000 sont actuellement privées d’activité », rapporte LSA

H&M se montre pessimiste

Au mois de mars, les ventes du géant suédois H&M ont chuté de 46 pour cent et l’enseigne envisage d’adopter des mesures drastiques pour faire face à la situation. « La chaîne suédoise de prêt-à-porter Hennes & Mauritz (H&M) craint de devoir supprimer des milliers d'emplois en raison de l'épidémie de Covid-19 alors qu'elle s'est déjà vu contrainte de fermer des milliers de magasins de par le monde. (...) H&M examine des mesures pour faire face à la crise, comme le licenciement d'une grande partie de son personnel sous contrat temporaire. Des CDI pourraient également être menacés si la situation empire », raconte LaLibre.be. Pour l’heure, aucune décision officielle n’a été communiquée par l’enseigne.

Vous voulez en savoir plus sur le secteur mode ? N'attendez pas plus longtemps et faites comme de nombreux autres professionnels de la mode : Inscrivez-vous à la newsletter de FashionUnited !

Crédit :Facebook Chanel

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS