• Home
  • Actualite
  • Mode
  • Tailleur : la tendance mode qui réconcilie toutes les couches sociales

Tailleur : la tendance mode qui réconcilie toutes les couches sociales

By Florence Julienne

loading...

Mode |En Images

Courtesy of (de gauche à droite) Don’t Call Me Jennyfer, Saint Laurent, Christine Sun pour Balmain (©Stéphane Feugère)

La veste de tailleur plus ou moins longue, à large carrure, portée avec une jupe, un pantalon ou un short, est la tendance incontournable de l’automne hiver 2023-2024. Et l’adjectif n’est pas galvaudé tant ce look se retrouve sur l’ensemble du marché de la mode, des marques de fast fashion aux maisons de luxe. À l’heure où la France est plus que jamais divisée, la mode a-t-elle le pouvoir de mettre toutes les classes sociales d’accord ?

À l’origine de cette silhouette, il y a Yves Saint Laurent. Pas la marque, mais l’homme qui s’inspire du look androgyne de Betty Catroux, rencontrée en boîte de nuit, pour populariser le tailleur-pantalon. « Les Américaines vont avoir envie de mettre le feu à leur garde-robe quand elles verront cela. […] Les nouveaux tailleurs en tissus masculins de Saint Laurent sont la sensation de la saison à Paris » écrit, en 1967, au lendemain du défilé, le Women’s Wear Daily.

Cette nouvelle allure, inspirée du vestiaire masculin, anticipe la prise de pouvoir que revendiquent les femmes : pouvoir sur leur corps, mais aussi indépendance financière. Mais il faudra attendre les années quatre-vingt pour la retrouver dans la rue. Vient alors l’ère des Working Girl, parfaitement illustré par le costume que porte Melanie Griffith dans le film du même nom. Bien des années plus tard, nous voici à nouveau plongés dans cet idéal esthétique.

Le look working girl serait-il inspiré par les travailleuses de la classe populaire ?

Courtesy of Zara, Shein, Don' Call Me Jennyfer, collections printemps été 2023

Sur le réseau social Instagram, véritable boussole de la mode, le hashtag #tailleurfemme recueille près de 55 000 publications de quasi anonymes et réunit autant de jeunes filles que de femmes d’âge mûr. Même succès pour ce hashtag sur Tik Tok. La tendance working girl viendrait-elle de la rue ? La question se pose quand on voit que le tailleur féminin est déjà largement présent chez Zara, comme l’attestent les photos de la collection printemps été 2023. La silhouette en veste verte et mini-short évoque le défilé Miu Miu automne hiver 2023. Qui s’inspire de qui dans ce contexte ?

Autre fait frappant, la marque de fast fashion Shein a lancé, fin février 2023, une « Créative House », un espace inédit dédié à la création, dans le second arrondissement parisien. Dans ce hub créatif figure la collection Bizwear qui « revisite les looks classiques des working girls avec des couleurs prononcées et inattendues. Ici, l’uniforme de bureau se modernise pour être désormais porté en toute occasion ».

Autre exemple, les éléments de langage de la collection printemps été 2023 de la marque mass market Don’t Call Me Jennyfer : « Le tailleur est synonyme de pouvoir, il est porté par les femmes comme signe d'égalité avec les hommes et pour prouver leur crédibilité au monde extérieur. Chic, confortable et décontracté, le tailleur est la tenue parfaite pour lier journée de travail et after work entre copines ». Pour le printemps été 2023, Don’t Call Me Jennyfer a donc sorti une collection Spring Tailoring du costume trois-pièces linéaires aux modèles colorés.

De la working class hero aux classes sociales privilégiées

Courtesy of Saint Laurent, Valentino, Balmain

Emboîtant le pas et revenant légitimement aux origines de la marque, Anthony Vaccarello pour Saint Laurent sacralise la tendance tailleur/jupe sur les podiums de la fashion week Paris dédiée aux collections automne hiver 2023/2024. Il en fait un must. « Le tailleur jupe, plus fatal que jamais au défilé Saint Laurent », titre le magazine Numéro. Larges carrures, veste longue unie ou rayures tennis, jupe crayon fendue, décolleté plongeant… Le ton de la saison prochaine est donné.

Sortant du rose bonbon de l’hiver précédent, la marque de luxe Valentino revisite la notion d’empowerment, comprenez « le pouvoir des individus pour agir sur les conditions sociales, économiques, politiques ou écologiques auxquelles ils sont confrontés », à travers un argument de style : le costume cravate. Pour la saison Automne/Hiver 2023, Pierpaolo Piccioli prend la cravate noire au premier degré, pour une collection qui se construit autour de pièces empruntées au quotidien.

« Instrument de conformité sociétale, l’uniformité devient une lentille qui met en valeur l’humanité pour accentuer les personnalités, indique le communiqué. Plutôt que de supprimer l’individualité, l’homogénéité peut former un cadre pour chaque être humain, les similitudes mettant en valeur les différences et amplifiant les nuances. De la même manière que la signification de la cravate noire est brisée et réassemblée selon une définition nouvelle, notre perception de l’habillement officiel est reconsidérée et les conventions sont détruites. »

Le plus surprenant, dans le raz-de-marée de cette nouvelle esthétique, est le défilé Balmain automne hiver 2023/2024. Le directeur artistique, Olivier Rousteing, nous avait certes habitués à une imagerie de femmes guerrières mais il n’était, jusqu’alors, jamais allé glaner du côté des archives de Pierre Balmain pour déterrer ce fameux look « Jolie Madame » - taille stricte, taille cintrée, épaules fortes, plis parfaits, volumes élaborés - qui a fait le succès de la maison de couture en 1945.

Quand les stars et les influenceurs consacrent le tailoring au féminin

Emma Stone pour Louis Vuitton et Léna Mahfouf pour Dior

Enfin, et c’est la surprise du chef, les photo call des marques de luxe, devenues plus virales encore que les images des podiums au point de déchaîner les passions auprès des jeunes, ont montré que de nombreuses stars ou influenceuses adoptent cette tendance. Dans le désordre, chez Balmain : Alexandra Pereira (2,3 millions de followers sur Instagram), Christine Sun (59 millions de followers), Didi Sun (1,6 million). Chez Dior : Lena Mahfouf (4 millions). Chez Louis Vuitton : Chiara Ferragni (29 millions), Emma Stone (656 000). Chez Saint Laurent : Carla Bruni (773 000). Etc.… Autant de personnalités à même d’entériner le tailoring comme le must have de l’automne hiver 2023-2024 pour s'assurer une élégance finalement intemporelle, transgénérationnelle et transpartisane.

Courtesy of Balmain (Didi Stone ©Stéphane Feugère), Zara, Nina Ricci
Calvin Luo, Carla Bruni pour Saint Laurent, Chiara Ferragni pour Louis Vuitton
BALMAIN
Don't Call Me Jennyfer
Saint Laurent
Shein
TENDANCES
Valentino
Zara