(publicité)
American Apparel ne fermera pas les magasins restants immédiatement

Bien que American Apparel ait pu trouver un nouveau propriétaire dans le fabricant canadien Gildan Activewear, l'avenir de la chaîne de magasins de la marque est resté sombre, le contrat n'incluant pas les magasins.

Au début de cette semaine, des journaux ont révélé que la société basée à Los Angeles pourrait licencier environ 2 400 employés, avec un total de 3 500 emplois qui ont été répartis de façon générale, des ouvriers de l'usine de confection aux rôles d’encadrement. Étant donné que la société ne pouvait trouver un acheteur pour son portefeuille de 110 magasins, les rapports indiquaient que American Apparel commencerait à fermer tous ses magasins en Amérique du Nord, avec effet immédiat.

Cependant, une porte-parole d'American Apparel a souligné que les magasins restants devraient rester ouverts pendant au moins trois mois. Arielle Patrick a confirmé à Business Insider, qu'aux termes de la vente d'American Apparel à Gildan, qui comprend une licence de 100 jours, aucun magasin ne sera fermé pendant la période. Le détaillant a ajouté qu'il n'a pas fermé d'autres magasins en Amérique du Nord, depuis la fermeture de neuf magasins, annoncée en octobre dernier.

Jusqu’à maintenant, American Apparel essaie de vendre autant de stock que possible, et offre actuellement un rabais de 40 pour cent sur sa collection entière, en ligne et en magasin. American Apparel a précédemment fermé tous sauf un de son magasin au Royaume-Uni le mois dernier.

Photo : FashionUnited

Petit Bateau ouvre son premier magasin monobrand en Andalousie

Petit Bateau vient d’inaugurer son premier magasin en Andalousie, à Malaga. La marque de vêtements pour enfants commercialisait jusqu’à présent ses produits en grands magasins à Séville et Marbella.

Malaga s’ajoute à la liste des magasins espagnols monobrand de Petit Bateau situés à Madrid, Barcelone, Palma de Majorque, La Corogne, Bilbao, Sab Sébastien, Saragosse et Valence.

La griffe, propriété du Groupe Rocher, a ouvert l’an dernier un nouveau local logistique à Troyes pour centraliser l’ensemble de son activité logistique. Elle compte aujourd’hui près de 15 000 employés et facture en moyenne 2 100 millions d’euros par an.

Photo: Petit Bateau

Décathlon: Cap sur les Etats-Unis, une nouvelle fois

Après avoir fermé ses magasins il y a onze ans aux Etats-Unis, la marque de distribution de matériel sportif attérit à nouveau dans le pays américain pour vendre ses produits. Pour ce nouveau défi, l’entreprise française mise sur un de ses talents formé en Espagne, un de ses principaux marchés –avec la France et la Chine- qui célèbre cette année son 25ème anniversaire.

Décathlon a choisi de faire piloter le projet par Michel D’Humières, un vétéran de la filiale espagnole qui a occupé le poste de directeur pendant treize ans en Espagne et dirige actuellement l’expansion du groupe en Amérique depuis le siège de San Francisco.

Sous la coupole de D’Humière se trouvent Tony Leon, chef des bureaux de technologie aux Etats-Unis et le français Marc Desmettre qui a dirigé les ouvertures de plusieurs unités en Espagne et se trouve désormais responsable du déroulement quotidien du projet dans le pays nord-américain.

Objectif : s’introduire sur la côte californienne

Dans cette nouvelle étape, Décathlon n’aura pas de points de vente physiques. La chaîne multinationale se centre sur la vente online à travers son site web. L’objectif étant d’introduire son équipement sportif sur la côte ouest où elle cherche à se renforcer et trouver une clientèle en Californie.

Pour l’instant, Décathlon n’a mis en vente qu’un seul produit qui s’adapte particulièrement à la côte californienne: le masque de plongée « Easybreath », alliant masque et tuba en une seule pièce. L’envoi de ces masques est réalisé depuis l’Angleterre avec l’entreprise DHL en 4 ou 5 jours, puisque Décathlon ne dispose pas encore de dépôt mais il souhaite pouvoir en ouvrir dans les régions où la pratique du sport est la plus importante.

Le groupe prévoit de se développer en Amérique et renforcer son e-commerce. Par ailleurs, la marque de distribution dispose de vingt établissements au Brésil, d’un magasin à Querétaro au Mexique et arrivera bientôt en Colombie dans le centre commercial Parque La Colina de Bogota.

Décathlon compte aujourd’hui plus de mille points de vente répartis dans 28 pays. En 2015, la marque a obtenu un chiffre d’affaires de 9 100 millions d’euros et a ouvert l’an dernier son premier magasin en Côte d’Ivoire. Cette année, le groupe prévoit d’ouvrir son premier magasin physique en Australie.

Photo: Décathlon

Les boutiques éphémères gagnent du terrain dans le monde de la mode

A Londres, Milan, Paris ou New York, leur ouverture est toujours un événement. Les boutiques éphémères, ou pop up stores, sont de plus en plus souvent utilisées par les marques de mode pour tester un marché, un lieu ou capter une nouvelle clientèle.

Apparue aux Etats-Unis dans les années 2000, cette stratégie marketing qui consiste à ouvrir des points de vente pour une durée limitée s'est d'abord imposée aux jeunes marques avant de séduire les grandes enseignes. La marque de luxe Louis Vuitton a ouvert samedi à Milan son premier pop up store en Italie à l'occasion de la fashion week masculine qui se déroule jusqu'à mardi. Il fermera ses portes fin janvier.

"Ne pouvant pas supporter le coût d'un loyer annuel, ce sont d'abord les petites enseignes qui ont loué des lieux pour quelques jours, de préférence le week-end, trouvant ainsi le moyen d'écouler leurs maigres stocks", explique à l'AFP le publicitaire Gérald Cohen, spécialiste du secteur. Souvent annoncés sur les réseaux sociaux, les boutiques "pop up" - du nom anglais donné aux livres pour enfants qui se déplient en trois dimensions - ont rapidement séduit une clientèle jeune, avide de nouveautés, et le concept a essaimé sur toute la planète.

Elles surgissent désormais régulièrement dans les grandes villes, presqu'à l'improviste, avant de disparaître une semaine ou un mois plus tard, une fois leur objectif atteint. Cela peut être la volonté de créer un événement autour d'une marque pour éveiller la curiosité de clients potentiels, de tester de nouveaux produits ou une nouvelle localisation tout en limitant les risques financiers.

"Avec l'essor du e-commerce, les jeunes marques qui commercialisent souvent la majorité de leurs produits en ligne peuvent de cette façon rencontrer physiquement leurs clients et faire marcher le bouche-à-oreille", explique Benoît Wojtenka, créateur du blog français de mode masculine "Bonne Gueule". "C'est aussi un moyen de donner au consommateur le sentiment qu'il appartient à un cercle de privilégiés et l'inciter à dépenser vite avant que la boutique ne ferme ses portes", ajoute-t-il.

Des psychologues ont toutefois dénoncé le fait que certaines techniques de vente employées pour attirer l'attention, comme par exemple le compte à rebours avant la fermeture, génère chez le consommateur une anxiété à l'origine d'achats compulsifs.

Les boutiques éphémères gagnent du terrain dans le monde de la mode

Pop up insolites

Les grandes maisons ont vite compris qu'elles pouvaient, elles aussi, tirer avantage d'une boutique temporaire. "Elle leur permet de rajeunir leur image, de tester de nouveaux lieux de vente, de nouvelles villes, des sortir des quartiers chics où elles sont implantées depuis longtemps", relève Gérald Cohen.

Leur durée de vie réduite favorise aussi la créativité des marques qui n'hésitent pas à faire appel à des artistes pour imaginer des pop up stores de plus en plus insolites. C'est le cas d'un célèbre équipementier sportif qui avait ouvert à Londres un magasin pop up en forme de boîte à chaussures. Une chaîne de produits cosmétiques avait choisi de le faire dans un conteneur et une marque de prêt-à-porter dans une caisse en bois géante échouée sur une plage.

Les pop up stores connaissent désormais un format supplémentaire: la location temporaire d'une partie de boutique, les commerçants étant particulièrement ouverts à cette sous-location car il bénéficient ainsi d'un complément de revenu et d'une nouvelle clientèle de passage.

"Les pop up vont s'installer durablement dans le processus de distribution des marques du fait de l'accélération du rythme des collections qui ne seront sans doute plus présentées tous les six mois, comme aujourd'hui, mais tous les deux ou trois mois", prévoit Gérald Cohen. "Les boutiques éphémères deviendront alors des rendez-vous privilégiés entre les marques et leurs clients, qui continueront à acheter leurs produits en ligne", conclut-il. (AFP)

Photos: Pexels

Lululemon continue son expansion en Europe et ouvrira prochainement un nouveau flagship store à Londres sur Regent Street, dans lequel le groupe canadien installera tout un système digital avec des écrans interactifs et des mannequins mobiles.

L’espace de 589 mètres carrés sera situé entre les numéros 187 et 191 de Regent Street et réparti sur deux étages. En plus de la superficie commerciale, le nouvel établissement hébergera une cafeteria et un espace de sport.

Pour son quatrième trimestre, Lululemon prévoit de réaliser 775 millions de dollars (726,2 millions d’euros) de chiffres d’affaire.

Ces derniers mois, la marque d’articles de sport et de yoga a réinvestit dans sa ligne pour homme en ouvrant un point de vente au Canada, dédié spécialement à la gente masculine.

Les soldes d'hiver démarrent doucement en boutique, mieux sur internet

"Cela démarre un peu mou" : les soldes d'hiver ont débuté doucement mercredi en magasins et de façon plus dynamique sur internet, mais sans déclencher d'euphorie chez des clients désormais habitués aux promotions toute l'année.

Pour ce commerçant bordelais, l'engouement pour les soldes d'hiver qui pouvait exister il y a quelques années n'est plus de mise. "Habituellement, au premier jour des soldes, on a 50 personnes qui attendent à la porte, là il y en avait une quinzaine", explique Colas Michard, gérant de l'enseigne de chaussures Michard Ardillier.

"Le consommateur est pollué, changé dans ses habitudes d'achat, par des chaînes qui font des promotions (...) toute l'année, des ventes privées. Quand arrivent les soldes, les gens ont dépensé la moitié du budget", remarque-t-il. A Paris, quelques centaines d'habitués se pressaient devant les grands magasins parisiens mais pas dans les commerces indépendants et à la mi-journée, le bilan apparaissait très mitigé.

Au Printemps Haussmann, le chiffre d'affaires ressortait en baisse de 10 pour cent à 11h. "On s'attendait à mieux" reconnaît le directeur Pierre Pellarey, même s'il espère une "montée en puissance" dans la journée. En cause selon lui, "les ventes privées qui ont très bien fonctionné", et qui cette année ont duré deux semaines contre une l'an dernier. "On a probablement un peu asséché le premier jour des soldes". Dans le centre-ville de Lyon. Liliane, 66 ans, était l'une des rares à s'être levée exprès. "Après il y a trop de monde et on ne trouve plus de tailles. Mais je suis déçue, d'habitude c'est plus intéressant", constatait-elle.

Les soldes d'hiver démarrent doucement en boutique, mieux sur internet

A Paris, David Mamane, gérant de la boutique indépendante Naracamicie, ne se faisait guère d'illusions. "Je n'attends pas de miracle. La fréquentation (...) baisse chaque année. (...) Le premier jour ne suscite plus vraiment d'intérêt. On fait aujourd'hui 30 à 40 pour cent de chiffre d'affaires en moins par rapport à il y a 5 ou 6 ans. Le mois des soldes est devenu un mois normal pour nous en termes de ventes".

En revanche, au Forum des Halles, le directeur Oliver Delamarre se montrait plutôt satisfait. "A 11H30, on enregistre un flux piéton en hausse de 15 pour cent par rapport à l'an dernier", rappelant toutefois que le centre était alors en travaux. "On sent une forte appétence des Parisiens, d'autant que les commerçants proposent déjà des réductions importantes, à-50, -60 pour cent".

Internet se distingue

Internet semblait également tirer son épingle du jeu: le site Sarenza affichait en fin de matinée un trafic en "croissance à deux chiffres" et un panier moyen à +3 pour cent. Spartoo réalisait lui des ventes en hausse de 7 pour cent dès la première heure.

Selon Eulérian, qui analyse le trafic de 40 pour cent des sites français de e-commerce, le début des soldes est marqué par une hausse de 16 pour cent de la fréquentation. Price Minister affichait lui une hausse de 32 pour cent de son volume d'affaires à 12H00, même si son président Oliver Mathiot estime que, de manière générale, "les soldes ont moins d'impact que les années précédentes car la libéralisation des ventes privées et des promotions toute l'année désacralise ce rendez-vous".

Pour tenter de doper la fréquentation, certaines enseignes proposaient déjà mercredi des rabais de -60 à -70 pour cent, mais aussi des animations. Les Galeries Lafayette accueillait ainsi la comédie musicale "Saturday Night Fever" pour rythmer l'ouverture des soldes.

La secrétaire d'Etat au Commerce Martine Pinville avait elle aussi fait le déplacement. Pour elle, "les soldes restent un moment important" malgré la multiplication des promotions toute l'année. Ils ont valeur de repère pour les consommateurs, les incitant à consommer. Côté clients, c'est surtout les touristes qui avaient fait le déplacement mercredi matin à Paris, attirés par les rabais de marques de luxe, qui ne font quasiment jamais de réductions par ailleurs. (AFP)

Photo: Pexels, negative space

Ralph Lauren ouvre un "Coffee & Bar" à Londres

Après New York, Chicago et Paris, c’est au tour de Londres d’accueillir un établissement de restauration de Ralph Lauren.

Le nouveau concept, Ralph’s Coffee & Bar, s’inspire du Polo Bar et du Ralph’s Coffee de Manhattan, mais cette fois-ci l’espace est situé à Regent Street, en plein coeur de Londres, à côté du flagship européen de Polo.

Il s’agit du premier local de restauration du groupe américain dans la capitale britannique, d’une capacité de 24 couverts à table et disposant d’une douzaine de sièges supplémentaires au bar.

L’établissement propose des plats légers, des cafés, cocktails et autres amuse-bouches. La marque cherche à viser un public plus jeune et profiter de l’attrait touristique de la capitale du Royaume-Uni.

Photo: Ralph’s Coffee & Bar

Uniqlo ouvrira quatre unités cette année en France

Uniqlo a annoncé l’ouverture de quatre magasins pour cette année. Ils seront situé dans les centres commerciaux d’Euralille, Val d’Europe, Montpellier et Bordeaux Lac.

Parallèlement à cette croissance dans l’Hexagone, Tadashi Yanai, le Pdg du groupe propriétaire d’Uniqlo, Fast Retailing, a rendu compte de la chute de ses actions en Bourse. Vendredi dernier, elles baissaient de 6,7 pour cent, ce qui a fait perdre au groupe 1 400 millions de dollars (1 315 millions d’euros) en une journée, commente l’agence Bloomberg.

Des ventes en baisse au Japon à cause du climat

La chute de la valeur de Fast Retailing a été la conséquence de l’annonce d’Uniqlo Japan qui a observé une baisse de 5 pour cent sur ses ventes à cause du climat beaucoup trop doux pour la saison d’hiver. Les résultats du dernier trimestre n’ont donc pas été très positifs pour Fast Retailing.

Le groupe, qui contrôle également J Brand et Comptoir des Cotonniers, a conclu 2015 (en août 2016) sur une baisse de son résultat net qui se situe à 48 052 millions de yens (390 millions d’euros), soit 56 pour cent de moins par rapport à l’année précédente.

En revanche, les ventes du groupe se sont maintenues à la hausse. Fast Retailing a atteint un total de 1 786 476 millions de yens de chiffre d’affaires (14 491 millions d’euros), soit une hausse de 6,2 pour cent comparé à l’année antérieure.

Candidatez pour les prochaines ouvertures d’Uniqlo en cliquant ici .

Photo : Uniqlo

La part du budget des Français consacrée aux vêtements en baisse continue depuis 1960

Depuis 1960, les Français réduisent la part de leur budget consacrée à leur apparence physique, notamment celle dédiée à l'achat de vêtements, en raison de nouveaux choix de consommation, selon une étude Insee publié mardi.

En 2015, les Français ont dépensé 84 milliards d'euros pour leur apparence physique, soit 3.000 euros par ménage. Si depuis 1960, ces achats ont en moyenne progressé de 5,9 pour cent en valeur par an, l'Insee constate également que leur part globale au sein de l'ensemble des dépenses s'est réduite de moitié: en 1960, l'apparence physique concentrait 14,1 pour cent du budget, contre 7,3 pour cent en 2015.

C'est notamment la part des dépenses consacrée aux vêtements qui a fortement diminué, passant de 66 pour cent du total des dépenses en apparence physique en 1960 à 41 pour cent en 2015. L'habillement fait notamment les frais des arbitrages de consommation, alors que de nouveaux besoins en loisirs, produits de beauté ou high tech, sont apparus au fil des ans.

La part du budget des Français consacrée aux vêtements en baisse continue

Aujourd'hui, chaque ménage consacre en moyenne 1.230 euros par an à l'achat de vêtements. Cela représentait 3,9 pour cent de leurs dépenses totales en 2014, contre 6,1 pour cent en Italie ou 5,7 pour cent au Royaume-Uni. Depuis la crise de 2008, les volumes des dépenses d'habillement se sont réduits de 1,3 pour cent par an chaque année en France, en raison notamment d'un budget plus contraint.

Par ailleurs, l'arrivée massive depuis les années 90 d'enseignes internationales a également contribué à limiter la hausse des prix (+0,3 pour cent annuel), faisant mécaniquement baisser le budget global. Enfin, note l'Insee, l'évolution de la consommation des Français a également contribué à ce phénomène. Les dépenses en chaussures ont ainsi crû plus fortement que celles en vêtements (+1,6 pour cent par an contre +1,4 pour cent).

De la même manière, l'attrait des ménages pour les soins, notamment à domicile, s'est renforcé, à la faveur du développement des salles de bains dans les maisons, de l'arrivée de marques de cosmétiques plus accessibles, et des innovations techniques (rasoirs, coloration des cheveux).

Les achats de produits de beauté ou de parfums ont ainsi progressé de 4,8 pour cent chaque année depuis 50 ans. "Ils représentent désormais les deux tiers de l'ensemble des achats en soins et biens personnels contre la moitié en 1960", indique l'Insee.

Les dépenses en bijoux et montres sont également passées de 6 à 12 pour cent du budget "apparence physique" depuis 1960, portées à la fois par la progression des volumes (+7,3 pour cent) et par une augmentation des prix. (AFP)

Photo: Pexels, Unsplash

Chili: Falabella débourse 200 millions de dollars pour construir son plus grand magasin

Au Chili, ce ne sont pas seulement les marques internationales qui s’y implantent et s'y développent de plus en plus, mais aussi les labels nationaux. Les malls de Santiago du Chili tels que « Alto las Condes » ou « Parque Arauco » du sélecte quartier Vitacura ou encore « Costanera Center » où se trouve la plus haute tour d’Amérique Latine (226 mètres carrés), situé dans le quartier moderne de Providencia, n’ont rien à envier à ceux du Moyen-Orient. D’ailleurs, de nombreux sudaméricains, comme les argentins ou les colombiens voyagent expressement à Santiago pour faire leurs achats.

Parmi les groupes de grands magasins chiliens, Replay, Paris et Falabella, ce dernier vient d’annoncer la construction de son plus grand établissement -de 25 000 mètres carrés- au sein du centre commercial Parque Arauco, sur l’avenue Kennedy de la capitale chilienne.

Ouverture prévue en 2021

Les travaux de construction commenceront dès à présent et l’ouverture du magasin est prévue pour 2021. Le Parque Arauco précise que les quatre étages de Falabella seront connectés au mall, au Département du Luxe (Distrito del Lujo) situé au dernier étage ainsi qu’au Boulevard du Parque Arauco.

En octubre 2016, le groupe chilien de distribution annonçait vouloir investir la somme de 200 millions de dollars dans l’agrandissement de son complexe, qui comportera un hotel de la chaîne Hilton, un centre de conventions et un parking d’une capacité de 700 places.

Falabella, investira à son tour 33 millions de dollars dans la construction de nouveaux bureaux au Chili. Jusqu’en septembre dernier, Falabella disposait d’un réseau de 467 magasins, entre ses chaînes de supermarchés, ses magasins dédiés à la maison et autres espaces divisés par secteurs, dont la mode et les accessoires.

Au troisième trimestre de son année fiscale, Falabella a obtenu un bénéfice de 210 632 millions de pesos chiliens (299 millions d’euros), soit 122,4 pour cent de plus qu’en 2015 à la même période. Entre juin et septembre, le groupe s’est développé de 1,9 pour cent, atteignant un total de 2 897,8 millions d’euros.

Falabella a été fondée en 1889 par une famille italienne radiquée au Chili. Aujourd’hui, le groupe est présent dans plusieurs pays d’Amérique du Sud : au Chili, en Argentine, au Pérou, en Colombie, en Uruguay et au Brésil.

Photo : Falabella