(publicité)
(publicité)
Nouvelle boutique Elisabetta Franchi à Paris

Elisabetta Franchi veut s’étendre en France. La marque ouvre en effet son premier magasin parisien, rue de Castiglione.

L’espace de 130 mètres carrés, fait la part belle aux meubles art déco, comme des tables basses en marbre, des fauteuils bergère et des miroirs en bronze ou des rideaux de velours dans les cabines d'essayage.

Parallèlement à l'ouverture parisienne, la marque a inauguré sa première boutique à Madrid, dans le quartier Salamanca, ce qui démontre son expansion en Europe. Elle va également rouvrir un flagship à Bologne, où se trouve la société, dans le nouveau centre de Galleria Cavour. Elisabetta Franchi défile à Milan depuis septembre 2014.

Elisabetta Franchi compte actuellement 72 magasins en propre dans le monde, dont 23 en Italie. Elle est également distribuée dans 1 106 magasins multimarques.

Fondée en 1998, les ventes de la société représentaient 101 millions d'euros, en 2015, avec la Russie, la Chine et le Moyen-Orient comme principaux marchés, en plus de l'Italie.

Photo : La boutique Elisabetta Franchi

Diane von Furstenberg annonce la réouverture de sa boutique à Anvers

Diane von Furstenberg rouvre une boutique à Anvers. Au 44 Steenhouwersvest, elle sera l'une des premières à présenter le nouveau concept visuel dans les points de vente de la marque.

Sous la houlette du directeur artistique Jonathan Saunders, la nouvelle esthétique de 56 mètres carrés alignera le merchandising visuel et une nouvelle expérience en magasin sur l'identité visuelle et le logo modernisés de la marque. « L'objectif est de faire rimer sensualité et modernité et de transposer la notion de décoration avec aisance », a déclaré Jonathan Saunders à propos du nouveau look, dans un communiqué.

Inspirée du sculpteur roumain Constantin Brâncuși et du sculpteur américain Richard Serra, la décoration des magasins misera sur les couleurs et les matériaux naturels, dont des rails en laiton, des plinthes en liège et des murs en plâtre blanc, gris et beige. Un cadre neutre qui mettra en valeur les imprimés aux couleurs vives des collections de prêt-à-porter.

Le nouveau concept de boutique a été lancé avec le shop éphémère du grand magasin Bergdorf Goodman, en décembre 2016, suivi en février 2017 par une rénovation du flagship store londonien et des principales adresses new-yorkaises. Les rénovations se poursuivront dans 30 autres boutiques internationales et 14 magasins nationaux dans le courant de 2017.

Photo : Diane von Furstenberg

Des formes amples et souples, du gris, du blanc, du noir, des coupes sport sobres et nettes: la couturière indonésienne Rani Hatta veut effacer les frontières entre "mode pudique" d'inspiration islamique et mode tout court.

Echappant au hijab sans y renoncer vraiment, ses mannequins portent pour sa collection automne/hiver, présentée cette semaine à la Tokyo Fashion Week, des casquettes de baseball stylisées, sur une cagoule et de larges et épais cols roulés. "Je suis indonésienne et je crée donc des vêtements pour les musulmans", explique Mme Hatta à l'AFP. "Mais mes créations sont universelles et peuvent être portées par tous".

De larges bandes rouges telles de géantes sutures viennent parfois briser la sage monochromie. Les matériaux, composés principalement de coton et polyester mélangés et de non-tissé, donnent un air de modernité tandis que pantalons et hauts amples, ainsi que longs gilets sont le gage de ce que les anglo-saxons appellent "modest wear" ou "mode pudique".

Les jeunes musulmans indonésiens trouvent des moyens de respecter le code vestimentaire de leur religion tout en explorant des tendances nouvelles, affirme la couturière. "Je veux montrer au monde qu'en fait la mode pudique peut être très cool et universelle et ne se résume pas à des longues robes noires ou choses de ce genre", dit Rani Hatta. "Dans mon pays, la jeune génération trouve le hijab très ringard et ne veut pas le porter. J'ai donc conçu quelque chose spécialement pour nous afin que les jeunes soient fiers de porter le hijab".

Une clientèle universelle

Le secteur de la mode islamique se développe rapidement et des maisons telles que les Italiens Dolce & Gabbana ou la marque de prêt-à-porter japonaise Uniqlo proposent des vêtements de style musulman. En 2015, Uniqlo a recruté la styliste Hana Tajima pour concevoir une ligne destinée aux femmes musulmanes.

L'habillement islamique d'Indonésie est radicalement différent de celui de l'Arabie Saoudite ou de certains pays du Golfe, où certaines femmes portent le niqab ou voile intégral, qui recouvre tout le visage à l'exception des yeux. Les musulmans devraient représenter 30% de la population du globe d'ici 2050, selon le centre de recherche américain Pew Research Center. "Et nous avons en Indonésie une population de 250 millions dont 70 à 80% de musulmans", souligne Lenni Tedja, qui dirige la Jakarta Fashion Week. "Le +modest wear+ est devenu très créatif, très mode, très stylé, c'est pourquoi de plus en plus de jeunes s'y mettent", dit-elle à l'AFP. Et le secteur indonésien de la mode voit un potentiel au-delà des clients musulmans". "Notre +modest wear+ pourrait être porté aussi par des non musulmans sans couvrir la tête ... Le marché est donc très vaste".(AFP)

Le Conseil constitutionnel a vidé en partie de sa substance la loi dite du "Rana Plaza" obligeant les multinationales françaises à établir un plan de vigilance chez leurs sous-traitants ou fournisseurs à l'étranger, en censurant le principe des amendes pour les entreprises récalcitrantes.

Saisi par 60 députés et 60 sénateurs LR, deux jours après l'adoption définitive de la proposition de loi sur le "devoir de vigilance des sociétés mères", le Conseil a validé jeudi l'obligation d'"établir un plan de vigilance, le mécanisme de mise en demeure, la possibilité pour le juge de soumettre la société concernée à une injonction et la possibilité d'engager sa responsabilité en cas de manquement à ses obligations".

Mais les sages du Palais-Royal ont aussi jugé que "le législateur avait défini l'obligation qu'il instituait en des termes insuffisamment clairs et précis pour qu'une sanction puisse être infligée en cas de manquement". L'objectif du texte est d'éviter des drames comme l'effondrement du Rana Plaza au Bangladesh en avril 2013, un immeuble abritant des ateliers de confection pour de grandes marques occidentales. Cet accident avait tué plus d'un millier d'ouvriers et blessé plus de 2.000 autres.

Selon la plus haute juridiction française, qui fait valoir "la jurisprudence sur le principe de légalité des délits", certains termes, tels que "mesures de vigilance raisonnable", "droits humains" ou "libertés fondamentales", sont trop généraux ou indéterminés, et le périmètre des sociétés, entreprises et activités entrant dans le champ de l'infraction est "très étendu". Le texte, porté par le socialiste Dominique Potier et adopté le 21 février par un vote unanime de la gauche, avait suscité la joie de nombreuses ONG et syndicats, mais aussi provoqué le courroux du Medef et de l'Afep (Association française des entreprises privées).

Il prévoit que les 150 plus grandes entreprises françaises - celles de plus de 5.000 salariés - aient l'obligation d'élaborer un plan de vigilance destiné à "prévenir les atteintes graves envers les droits humains et les libertés fondamentales, la santé et la sécurité des personnes ainsi que l'environnement" chez leurs sous-traitants ou fournisseurs à l'étranger avec qui elles ont "une relation commerciale durable".

Une décision en 'demi-teinte'

La loi prévoyait à l'origine une amende allant jusqu'à 10 millions d'euros pour les sociétés ne respectant pas cette obligation et jusqu'à 30 millions si cette absence de plan était à l'origine d'une catastrophe. Cela avait amené les parlementaires opposés au texte à dénoncer une "loi punitive à l'égard des grandes entreprises françaises". Tout en jugeant nécessaire de renforcer la vigilance, l'Afep a regretté l'imposition "par la loi de contraintes fortes à caractère large et indéterminé pouvant engager leur responsabilité civile", disant craindre des "conséquences négatives pour les entreprises françaises", de "fortes incertitudes juridiques" et au final "une perte de compétitivité".

Le Medef a été moins virulent: "cette décision nous rassure un peu sur les conséquences très néfastes que cela aurait pu avoir sur l'économie française dans sa globalité", a réagi auprès de l'AFP un porte-parole, en estimant que les amendes auraient "pénalisé les entreprises françaises" vis-à-vis de leurs concurrentes.

Mais pour les ONG qui soutenaient ardemment le texte, cette décision en "demi-teinte" est une "déception". Elle "vide en grande partie la loi de sa substance", a déploré Caroline Dorémus-Mège, directrice du plaidoyer au CCFD. "Ce texte fait progresser la question de la responsabilité sociale et environnementale des entreprises. Mais en termes d'efficacité, on sait très bien que s'il n'y a pas de contrainte, ça n'avance pas, ou du moins pas assez vite", a-t-elle souligné. Pour Sandra Cossart, de Sherpa, le devoir de vigilance est toutefois "consacré". "C'est une première étape", abonde Sabine Gagnier, chargée de plaidoyer Entreprises et droits humains pour Amnesty international. "On espère que les entreprises vont être de bonne foi et vont appliquer ce devoir de vigilance", a espéré".

Dans un communiqué, le ministre de l'Économie et des Finances Michel Sapin s'est lui félicité du fait que la loi ne portait pas atteinte "à la liberté d'entreprendre". "Il conviendra d'apporter les précisions législatives rendues nécessaires pour compléter le texte et lui redonner toute sa dimension", a-t-il souligné.(AFP)

Benetton lance une nouvelle stratégie de franchise

Benetton a lancé un nouveau modèle de franchise, appelé Franchise 2.0, a annoncé Italty24.

Franchise 2.0 met l'accent sur « une forte intégration entre ses propres magasins et les magasins franchisés. Les ventes effectuées par des « canaux indirects » seront considérées comme l'épine dorsale du modèle d'affaires de Benetton. Ces deux canaux, propres et indirects, sont au centre de l'expansion future du réseau de vente, qui se compose actuellement de 5 000 magasins dans le monde.

Le pdg Marco Airoldi a annoncé que la nouvelle stratégie était une réponse à l'évolution rapide et souvent difficile du marché. « L'accent est mis sur le passage rapide vers le consommateur, afin de rencontrer le plus tôt possible les besoins et la demande », a-t-il déclaré aux médias italiens.

Christian Prazollo, le directeur de la franchise, affirme que Franchise 2.0 supprime l'idée que « numérique est un ennemi qu'il faut combattre ». « Le commerce électronique est en pleine croissance, c’est un fait, mais les consommateurs visitent aussi souvent, la boutique. »

Benetton a aussi prévu de déployer son dernier concept de magasin, "On Canvas". La marque italienne ne prétend pas au droit d’entrée, mais veut des franchisés qui ont déjà un local, capables d’assumer un forfait de 3 500 euros pour l’équipement technique et une garantie bancaire de l’ordre de 30 pour cent du budget d’achat.

Photo : Benetton

MiamaStore, robe de mariées lowcost, arrive en France

MiamaStore, le premier magasin italien de robes de mariage et de cérémonie low cost online, annonce son arrivée en France.

MiamaStore est une boutique en ligne qui propose des robes de mariée économiques ainsi que des accessoires pour le grand jour et des vêtements originaux destinés aux chiens des mariés. Après une baisse notable dans les années 90 et 2000, le mariage est aujourd’hui plutôt en forme, avec quelques 235 000 mariages célébrés en 2016, soit un mariage toutes les 80 secondes en moyenne.

La boutique MiamaStore se démarque de ses concurrents en offrant des produits à la fois low cost et personnalisables. Les clientes sont ainsi invitées à laisser libre cours à leur imagination pour créer la robe de leurs rêves, sans frais supplémentaires.

Numéro 1 mondial des ventes de robes de mariée en ligne, MiamaStore propose un vaste choix de robes de cérémonies : robes de baptême, de diplôme, de gala, de première communion, de demoiselle d’honneur ou encore de mère de la mariée.

En 2011, l’Italien Mauro Senatore se lance dans la vente de robes de mariées. Aujourd’hui 15 pour cent des ventes sont réalisées au Japon, le reste se concentrant sur les quatre plus grandes places italiennes, Milan, Naples, Rome et Palerme. Après une tentative sur le marché roumain, MiamaStore se lance aujourd’hui sur le web français, et envisage ensuite de conquérir le marché allemand. En plus de la boutique en ligne, MiamaStore dispose d’un atelier ouvert au public au sud de Naples.

Photo : Miamastore

Du Brexit aux attentats : douze mois d'embûches pour les ventes au détail de l'UE

BUSINESS INTELLIGENCE FashionUnited Business Intelligence analyse l'évolution des ventes au détail du textile, des vêtements et des accessoires en Europe qui, après douze mois difficiles en 2016, ne semblent pas montrer de signes d’amélioration. Les détaillants au Royaume-Uni, en France et en Belgique sont les plus durement touchés, alors que leurs homologues espagnols sont les seuls à entrevoir un peu de soleil dans un paysage aussi sombre.

A la suite des données publiées par Eurostat, FashionUnited a retracé l'évolution de la vente au détail du textile, de l'habillement, des chaussures et de la maroquinerie dans les magasins spécialisés, dans différents pays européens, par rapport à celle de l'année précédente.

Les attentats terroristes en Belgique et en France, un coup dur pour les riches touristes

Au cours de l'année 2016, les détaillants de mode et de vêtements, en Europe, ont ressenti l’impact des attaques terroristes en France et en Belgique, du Brexit au Royaume-Uni et de la hausse des taux de chômage en France, en Grèce et en Italie. Ces facteurs, conjugués à l'impact croissant de l'effet « Amazon » (le passage des consommateurs vers le commerce en ligne, en quête de plus de rapidité, de commodité et de meilleures offres), érodent assez rapidement les marges des détaillants.

La Belgique a été le pays le plus touché, avec des ventes au détail de vêtements en chute de 3,2 pour cent. En deuxième place, la France (-2,7) et le Royaume-Uni ont perdu 2 pour cent du volume des ventes au détail, par rapport à l'année précédente. Le résultat agrégé (0,7 pour cent), bien que positif, n'a pas été suffisamment fort pour compenser les pertes généralisées, sur l'ensemble du territoire européen.

L'Espagne, l'Italie et les Pays-Bas ont été les principaux pays dans le vert, progressant de 1,05 pour cent, 0,8 pour cent et 0,7 pour cent, respectivement.

Il convient de rappeler que les attaques terroristes à Bruxelles, à Paris, à Rouen et à Nice ont gravement affaibli les revenus générés par les touristes riches, contribuant ainsi à la tendance à la baisse des ventes au détail de l'industrie.

La carte montre l'évolution mensuelle des ventes agrégées de la vente au détail du textiles, de l'habillement, des chaussures et de la maroquinerie en magasins spécialisés de l'UE de l'exercice 2016, en comparaison avec celles de l'année précédente. Source : Eurostat..

Les effets du Brexit érode davantage les marges des détaillants de mode européens à court terme

Comme l'ont résumé les analystes de Fung Group, « même avant le vote du Brexit, le marché de l'habillement en Europe continentale et au Royaume-Uni connaissait quelques défis, avec un ralentissement des ventes de vêtements et un environnement de prix déflationniste sur l'habillement.

Malheureusement, l'impact négatif de ces événements devrait continuer dans un avenir proche. « Cette tendance pourrait persister et le marché européen de l'habillement pourrait continuer à sous-performer, parallèlement à la faiblesse des dépenses de consommation, résultant d'une incertitude post-vote. Naturellement, les consommateurs ont une plus grande propension à épargner, par rapport aux dépenses, en période de turbulences économiques et de marché », ajoute le groupe Fung, dans un récent rapport sur les effets du Brexit, dans la mode européenne de détail.

Les effets de change sur les coûts d'importation, associés à l'approvisionnement en matières premières et autres produits en provenance d'Asie, en dollars, auront un coût pour les détaillants européens de vêtements, qui déclarent en euros, des pertes plus importantes, en raison des contractions de la marge brute.

Vous pouvez explorer l'évolution mensuelle, des ventes au détail de vêtements et d'autres articles d'habillement, de chaque pays de l'Union européenne, au cours de l'exercice 2016, dans la carte ci-dessous :

Données de Eurostat

Pologne, étoile montante dans un ciel grisâtre

Dans un marché aussi incertain, la Pologne est devenue le refuge européen pour la vente au détail : le pays d'Europe de l'Est affiche un changement positif global de 21,7 pour cent. Le pays avait pour ambition de rattraper rapidement la « vieille garde » de l'UE, dès son entrée dans le marché commun en 2004. La réalisation d'une croissance économique durable et l'amélioration du niveau de vie de ses citoyens sont depuis lors les deux premières priorités de la quête polonaise. L'année dernière, l'économie polonaise a progressé de 2,8 pour cent, avec une prévision d'ajouter 3,2 pour cent en 2017.

La preuve que la Pologne a gagné la confiance des investisseurs est le récent classement "Ease of Doing Business 2017" de la Banque mondiale qui place la Pologne 24ème dans une liste de 190 pays, avançant d’une place par rapport à l'année précédente.

En outre, cette tendance à la hausse devrait se poursuivre à un rythme plus lent, mais régulier : les ventes au détail en Pologne sont estimées à 1,10 pour cent à la fin de ce trimestre, selon les modèles macroéconomiques et les attentes des analystes. Dans l'avenir, nous estimons les ventes au détail d’une année sur l’autre, en Pologne, à 2,50 sur 12 mois.

Infographie : FashionUnited

New Balance s’allie avec l’operateur canadien Sport Chek, propriété du groupe Forzani, pour vendre ses collections féminines dans le pays. La société américaine pourra distribuer ses produits dans près de 500 points de vente du Canada.

Sport Chek est un des plus gros retailers de mode sportive au Canada. La chaine appartient au groupe Forzani qui opérait également avec la chaine de magasins Athletes World jusqu’en 2013, année de fermeture de ses établissements.

Ces derniers mois, New Balance a signé plusieurs accord de collaboration dans le but de renforcer son activité. En 2015, la marque a facturé 3 720 millions de dollars (3 466 millions d’euros).

Primark vient d’ouvrir son premier établissement à New York au sein du centre commercial Staten Island. Le magasin, de 5 119 mètres carrés, marque le début d’une nouvelle aventure pour la marque low-cost irlandaise à New York qui ouvrira bientôt un autre point de vente à Brooklyn.

Aujourd’hui Primark dispose de six magasins aux Etats-Unis depuis son arrivée en 2015, la majorité situés dans la région nord-est du pays.

Cette année, Primark prévoit d’inaugurer trois unités aus Etats-Unis dans les centres commerciaux de South Shore Plaza, à Braintree (Massachusetts), American Dream (East Rutherford, Nueva Jersey) et Kings Plaza (Brooklyn, Nueva York). La marque, qui appartient à AB Foods, opère avec 330 unités dans le monde.

En 2016, Primark a enregistré un chiffre d’affaires de 5 949 millions de livres sterling, soit 6 682 millions d’euros, ce qui suppose une hausse de 11 pour cent comparé à l’année précédente, grâce aux développement de son réseau de magasins.

Yepme va se lancer en France

Yepme arrive en France. La marque indienne de vente en ligne élargit sa présence dans des pays européens comme la France mais aussi le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne, s'appuyant sur sa technologie, sa chaîne d'approvisionnement à faible coût et sa particularité de prix en temps réel.

Ouvert en 2010, Yepme prévoit d'ouvrir 400 magasins d'ici la fin de cet exercice, conformément à la stratégie omni-channel suivie par la plupart des détaillants en ligne. La société, qui fabrique sa propre marque de produits, vise à enregistrer des recettes de près de 40 millions d’euros pour l’année fiscale. L'unité qui traite des logicielles sera transférée dans une entité distincte, puisque qu’elle est considérée comme une grande entreprise, assurant des marges élevées.

La marque a ouvert en Inde un flagship sur plus de 700 mètres carrés, qui offre toutes les gammes de produits de Yepme : le casual wear, active wear, l’offre ethnique et les vêtements de soirées, pour les hommes et les femmes. Elle offre également des accessoires tels que des lunettes de soleil, des montres, des portefeuilles, des ceintures, des bijoux, des étoles et pochettes.

Photo : Yepme Facebook