McKinsey : ses sept conseils aux entreprises pour faire face au virus

Le cabinet international conseille les entreprises mondiales de premier plan. Un poste d’observation de choix qui lui permet aujourd’hui de publier les actions prioritaires que les sociétés doivent mettre en œuvre pour surmonter la crise.McKinsey décrit ces lignes directrices « comme une aide aux dirigeants dans leurs réflexions à la gestion des crises pour leurs entreprises, sans prétendre se substituer à une analyse approfondie de la situation particulière d’une entreprise ».

Protéger ses employés

La crise du COVID-19 a été un défi émotionnel pour de nombreuses personnes, changeant la vie quotidienne d’une manière sans précédent, constate McKinsey. Qui préconise d’aller au-delà du statu quo, et d’anticiper, dès à présent. « Les dirigeants peuvent commencer par élaborer et exécuter un plan de soutien aux employés Certains des modèles les plus intéressants impliquent de communiquer avec les gestionnaires locaux sur la façon de traiter le COVID-19 (conforme aux directives de l’OMS et des autorités sanitaires) tout en leur offrant une autonomie afin qu’ils se sentent habilités à faire face à toute évolution de la situation », préconise le cabinet.

Mettre en place une équipe d’intervention COVID-19

Le champ d’action de cette équipe englobe le suivi des employés (santé, bien-être…) l’élaboration de tests de résistance financière de l’entreprise et d’un plan d’urgence, la surveillance de la chaîne d’approvisionnement… Des objectifs spécifiques à court terme (48 heures) et ajustés en permanence. L’idée étant de structurer ce team en plusieurs unités coordonnées entre elles.

S’assurer que les liquidités sont suffisantes pour résister

Les entreprises doivent définir des scénarios adaptés à leur contexte. Elles ont tout intérêt à modéliser leurs données financières (flux de trésorerie, coûts et profits bilan) et identifier les déclencheurs susceptibles de nuire considérablement à la liquidité. Pour chacun de ces déclencheurs, les entreprises doivent définir des mesures pour stabiliser l’organisation dans chaque scénario (optimisation des comptes créditeurs et débiteurs ; réduction des coûts ; désinvestissements).

Stabiliser la chaîne d’approvisionnement

*Une évidence, peut-être, mais à rappeler. La supply chain est l’élément clé de la continuité de l’entreprise. Celle-ci doit, autant qu’elle le peut avec les données du moment, définir l’étendue et la durée (probable) de son exposition aux *zones qui connaissent une expansion ou l’émergence de la pandémie et checker ses stocks. « La plupart des entreprises se concentrent principalement sur la stabilisation immédiate, étant donné que la plupart des usines chinoises sont actuellement en mode de redémarrage. Ils doivent également envisager de rationner les pièces critiques, de pré-réserver la capacité ferroviaire et – ou de fret aérien, d’utiliser le stock après-vente comme pont jusqu’au redémarrage de la production, d’obtenir une priorité plus élevée de la part de leurs fournisseurs et, bien sûr, de soutenir les redémarrages des fournisseurs » précise McKinsey.

Rester proche de ses clients

« Les entreprises qui maîtrisent mieux les perturbations réussissent souvent car elles investissent dans leurs principaux segments de clientèle et anticipent leurs comportements », relève le cabinet de conseil. Qui préconise notamment de renforcer la stratégie de distribution omnicanale, livrant au passage de précieuses données sur les habitudes et préférences des consommateurs au moment T. Car, de nombreux spécialistes estiment probable que les clients et consommateurs modifient leurs habitudes « Après ». Un point crucial, une inconnue dans l’équation, non pas à résoudre mais au moins anticiper.

Planifier les futures perturbations

Anticiper encore une fois est le maître mot. Personne, il est vrai n’aurait pu imaginer cette crise, : l’heure est donc à présent à l’élaboration de scénarii d’urgence, pour mieux faire face à l’avenir. C’est là que les tables-rondes, brain storming et simulations interviennent.

Fixer des objectifs

Les entreprises doivent déterminer comment soutenir les efforts de lutte contre la pandémie, par exemple en fournissant de l’argent, du matériel ou de l’expertise. A l’instar de nombreuses sociétés, notamment dans l’industrie de la mode qui changé de production pour créer des masques et des vêtements médicaux, notamment Giorgio Armani qui a réorienté sa production vers les blouses médicales.

Pour en savoir plus sur les impacts du Covid-19 liés au secteur de la mode en France, rendez-vous sur notre page dédiée.
Pour ne louper aucune actualité internationale liée au Covid-19, rendez-vous sur notre page en anglais
.

crédit : Unsplash

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS