• Home
  • Actualite
  • Mode
  • Best of 2021 : tout savoir sur la seconde main

Best of 2021 : tout savoir sur la seconde main

By Sharon Camara

30 déc. 2021

Mode

Facebook Zalando

À quelques jours de la fin de l’année, FashionUnited vous propose une rétrospective des faits qui ont marqué l'industrie de la mode en 2021.

En 2021, acheter des articles de seconde main est perçu comme un acte engagé. Au-delà des prix abordables, les pièces d’occasions s'inscrivent dans la tendance écolo et durable qui s’est emparée de la mode ces dernières années. Longtemps réservée à quelques sociétés privées, la seconde main est devenue l’affaire de tous et de nombreuses marques se sont lancées sur ce marché. Il faut dire que le marché de l’occasion a généré sept milliards d’euros en 2019, dont un milliard uniquement pour le textile selon une étude de Xerfi pour l’IFM. Retour sur l’évolution du marché de la seconde main en 2021.

Des entreprises pionnières

Avec plus de 11 millions de membres actifs à travers le monde, Vestiaire Collective figure parmi les précurseurs en matière de mode de seconde main de luxe. Valorisée à 1,7 milliards de dollars, la marketplace spécialisée dans la vente aux particuliers de produits de luxe de seconde main dispose de trois millions d’articles dont plus de 550 000 nouveaux articles mis en vente par semaine. Vestiaire Collective affirme avoir plus que doublé son volume de transactions en 2020. Le panier d’achat moyen tourne autour de 400 euros contre 20 euros chez Vinted. Autre label précurseur, Monogram, d’abord connue sous le nom de « ByLuxe » depuis sa création, l'entreprise a changé de nom en février 2021. Un changement qui s’est accompagné d’une nouvelle identité visuelle et d’une stratégie de développement à l’international.

Arrivée en septembre 2020 sur le marché de la seconde main, Zalando a très vite fait évoluer son offre. Un an plus tard, celle-ci est passée de 20 000 à plus de 200 000 pièces. Elle est disponible dans treize pays sur les vingt-trois où Zalando opère.

Enfin Vinted, qui figure parmi les principales plateformes de revente, et qui revendique « plus de 45 millions de membres dans le monde », a annoncé avoir levé 250 millions d’euros pour se développer dans de nouveaux pays.

Les nouveaux venus

En juin 2021, Isabel Marant fait son entrée dans le marché de la seconde main avec Isabel Marant Vintage. À travers cette offre, la marque sélectionne auprès des consommateurs, des pièces usagées, en échange de bons d’achat valables dans les boutiques et sur l’e-shop. C’est aussi le cas de Sandro, qui a ainsi confirmé son engagement pour une mode circulaire et durable.

« La seconde main est un axe stratégique important » du groupe Printemps, a déclaré son président Jean-Marc Bellaïche après l’ouverture mercredi du « 7e ciel », une section dédiée aux produits « luxe et designer » d’occasion dans son principal magasin parisien. C&A France se lance sur le marché de la seconde main avec oC&Az, une plateforme de vente d’articles C&A d’occasion entre particuliers. De son côté, The Kooples a lancé Second Love, sa plateforme d'articles de seconde main, disponible depuis le mois d’octobre.

Souvent pointé du doigt en tant qu’enseigne de fast fashion, H&M s’engage aussi dans ce segment. Avec sa filiale au Canada, H&M a lancé H&M Rewear, qui n’est pour l’instant accessible qu’au marché canadien.

Quelles nouveautés pour 2022 ?

En 2022, la marque de luxe Prada pourrait entrer sur le marché de la seconde main. Celle-ci devrait se faire à la fois en interne et par le biais de partenariats selon les déclarations à Reuters de Lorenzo Bertelli, chef du marketing et héritier : « La seconde main est une stratégie sur laquelle nous enquêtons depuis plus d’un an (...) Je ne peux pas trop en révéler, mais il est certain que la seconde main est là. Nous en profiterons comme d’une opportunité », a-t-il indiqué.

Avec Pre-Loved, Marimekko lance un défi à ses clients pour la création d’une future plateforme d'occasion en ligne. Dans l’objectif de prolonger la durée de vie de ses produits, Marimekko s’est associé à la société Junction, qui est un hackathon et une communauté technologique, pour rechercher des solutions efficaces en vue de l’ouverture d’un magasin d'occasion en ligne.

Avec son nouveau service d’authentification, Ebay veut bouleverser le marché de la seconde main dans les années à venir. L'entreprise va introduire un service d’authentification pour les sacs à main (neufs ou d’occasions) vendus plus de 500 dollars. C’est une extension d’un programme déjà lancé pour les montres vendues plus de 2 000 dollars et, depuis la fin de l’année 2020, avec les sneakers vendus plus de 100 dollars.

La plateforme américaine d’e-commerce pour les créateurs indépendants Etsy a annoncé le 2 juin qu’elle allait acquérir Depop, un site spécialisé dans la seconde main cible particulièrement les jeunes, pour un montant de 1,63 milliards de dollars (1, 3 milliard d’euros). La transaction devrait avoir lieu au cours du troisième trimestre 2021.

Thunderstone lance The Second Life, une solution phygitale inédite pour une offre seconde main en magasin. L’application mobile propose aux retailers de développer une activité de revente d’articles de seconde main au sein de leurs magasins.

En plus des résultats inspirants des entreprises pionnières, les chiffres des nouveaux arrivants et les prévisions pour 2022, prouvent que la seconde main est un segment en pleine expansion. Les chiffres devraient atteindre 33 milliards d’euros cette année, après une croissance de 65 pour cent entre 2017 et 2021, contre douze pour cent pour les articles de luxe neufs, selon des chiffres partagés par Reuters.